Encyclopedie Mondiale des Vins

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 8 septembre 2011

LE GUIDE DUSSERT-GERBER DES VINS 2012 RECELE DE TRESORS

Les classements des meilleurs vins de l'année

ALSACE
J’ai un faible pour cette région, origines alsaciennes obligent, et c’est un réel plaisir de suivre cette route des vins qui serpente à travers les collines du vignoble, au pied des pentes boisées des Vosges. Le vignoble s’étend du nord au sud sur plus ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Alsace
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

BEAUJOLAIS
La force du terroir et la structure des vins de Chénas, de Juliénas, de Régnié ou de Moulin-à-Vent, l’élégance d’un Saint-Amour, d’un Brouilly ou d’un Chiroubles… tout concourt à prendre au sérieux les meilleurs vins de la région et à ne pas s’arrêter à la ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Beaujolais 
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

BORDEAUX
J’aime les vrais vins de Bordeaux, du plus grand au plus modeste, et les consommateurs comme les producteurs savent que je défends ce qui les intéresse, et les distingue : le rapport qualité-prix-typicité. Si l’on fait un grand Margaux ou un Pomerol racé à 40 ou ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Médoc
Classement Saint Emilion
Classement Saint Emilion Satellites 
Classement Pomerol
Classement Graves
Classement Sauternes
Classement Côtes-de-Bordeaux
Classement Bordeaux Supérieur
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

BOURGOGNE
J’apprécie ces vignerons talentueux et passionnés, pour lesquels il n’y a nul besoin de fioritures ni de vinifications “gonflées”, et dont les prix sont bien souvent justifiés. Ici, en effet, on ne s’excite pas à faire des vins “putassiers”, privilégiant ce qui ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Bourgogne Rouges 
Classement Bourgogne Blancs 
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

CHAMPAGNE
Franchement, j’ai rarement eu autant de plaisir que cette année en débouchant ces cuvées champenoises. De la plus fantastique (Krug rosé, en l’occurrence) à la plus abordable, on sent que les vignerons et maisons ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Champagne 
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

JURA-SAVOIE
Les vins du Jura possèdent une palette unique : les blancs et les rouges méritent une dégustation, les rosés sont souvent superbes et s’associent à ces rares et complexes vins jaunes aux arômes de noix qui atteignent leur apogée au bout de 20 à 25 ans, et ... Lire la suite

Actualité des vignoble
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés dans le Jura 
Vignerons sélectionnés en Savoie

LANGUEDOC-ROUSSILON
Je le rappelle, gare à ceux qui nous font croire que leurs vins ressemblent à quelque chose. Ces vins de mascarade, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Languedoc-Roussillon 
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

PROVENCE-CORSE
Trop chers, snobisme, mal de crâne... beaucoup d’éliminés cette année. Seul le rapport qualité-prix-plaisir doit compter, associé à une typicité réelle, sans se laisser prendre au jeu des cuvées (trop) spéciales, où. ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Provence-Corse 
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

SUD-OUEST-PERIGORD
Dans cette région, les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. De quoi montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran. À quoi bon avoir de beaux cépages de...Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Sud-Ouest Perigord 
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

VAL DE LOIRE
J’aime retrouver ces hommes et ces femmes qui s’attachent à défendre leur personnalité. Peu d’autres vins peuvent “copier” les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Val de Loire Rouges
Classement Val de Loire Blancs
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

VALLEE DU RHONE
Que ce soit à 10 € ou à 30 €, il faut aujourd’hui payer juste et se méfier des cuvées “spéciales” qui ne méritent pas leur prix. Quand on débouche un Châteauneuf-du-Pape Mont-Redon ou Fortia à 20 € et ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Vallée du Rhône 
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés

samedi 28 août 2010

Languedoc-Roussillon : les vins qui comptent

LANGUEDOC-ROUSSILON
Des grands vins ici, il y en a en Languedoc, mais les terroirs sont connus et ne s’étendent pas. La force de ces vins est d’avoir su conserver leur spécificité qui se dévoile au travers des cépages de la région, chacun s’exprimant ... Lire la suite

Actualité du vignoble
Classement Languedoc-Roussillon 
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés 

samedi 27 mars 2010

Auxey-Duresses Domaine Michel Prunier et Fille

Domaine Michel PRUNIER et Fille

Domaine Michel PRUNIER et Fille

(AUXEY-DURESSES)

Route de Beaune
21190 Auxey-Duresses
Téléphone :03 80 21 21 05
Télécopie : 03 80 21 64 73
Email : domainemichelprunier-fille@wanadoo.fr

Vous aimerez comme nous cet Auxey-Duresses rouge Premier Cru Clos du Val 2006, médaille d’Or au Concours Général Agricole de Paris 2009, vignes de 34 ans en moyenne, sur sol calcaire et sous-sol argilo-calcaire, élevé 18 mois en fûts dont 25% de neufs, tout en bouche, avec des notes de framboise et de cuir, de belle couleur, au nez expressif de fruits cuits et d'épices, très bien structuré. Le Pommard Les Vignots 2006, vignes de 24 ans, même sol, élevage 15 à 18 mois en fûts dont 25% de neufs, est riche en couleur comme en arômes, aux senteur de sous-bois et de griotte, il possède une solide structure, un vin de caractère, associant concentration et finesse. Beau Meursault Les Clous 2007, issu de vignes de 32 ans en moyenne, sur sol argilo-calcaire, élevage en fûts dont 15% de neufs pendant 1 an, qui marie harmonieusement des notes florales et fruitées, d’une grande franchise au nez comme en bouche, subtil et puissant à la fois, un vin où la structure s’allie à l’élégance. Le Volnay Premier Cru Les Caillerets 2006, issu de vignes de 50 ans et 20 ans à parts égales, sur un sol silico-calcaire (élevage 18 mois en fûts dont 25% de neufs), est coloré, bien parfumé (notes de cerise noire et de réglisse), et réunit délicatesse et structure. L’Auxey-Duresses blanc Vieilles vignes 2007, issu d’une vieille vigne de 74 ans, même sol, élevage en fûts dont 15% de neufs durant 1 an, est très parfumé (citron, tilleul), un vin qui mêle la fraîcheur à l’élégance, de robe brillante et limpide, harmonieux, bien équilibré en acidité, d’une jolie finale. De couleur intense, le Chorey-lès-Beaune rouge Les Beaumonts 2006, issu de vignes de 41 ans et d’un élevage durant 12 mois en fûts, est un vin tout en parfums, charpenté, ample en bouche grâce à des tanins mûrs, harmonieux, de bonne évolution. Michel Prunier, diplômé d’un BTA au lycée viticole d’Avize en Champagne, élabore lui-même un Crémant de Bourgogne issu d’un assemblage d’Aligoté, de Chardonnay et de Pinot Noir, très réussi, d’une belle rondeur, aux connotations de fleurs blanches et d’amande, de mousse crémeuse. Goûtez aussi le Beaune Premier Cru Les Sizies 2005, issu de vignes de plus de 76 ans, élevage 18 mois en fûts de chêne, avec ce nez de griotte surmûrie, complexe, tout en bouche, de couleur soutenue, d’une richesse réelle et persistante.

MILLÉSIMES consultable en lignegratuitement
comme un vrai magazine, en tournant les pages... Cliquez ici UNIQUE EN FRANCE

dimanche 14 mars 2010

Saint-Emilion a du talent


Château CANTENACSAINT-ÉMILION Château CANTENAC

Château CANTENAC 

(SAINT-ÉMILION)
Nicole Roskam-Brunot

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 51 35 22 
Télécopie : 05 57 25 19 15 
Email : nicole.roskam@chateau-cantenac.fr 
Site :www.vinsdusiecle.com/chateaucantenac 
Site : www.chateau-cantenac.fr 

Une place toujours très enviable dans le Classement pour la chaleureuse Nicole Roskam-Brunot, qui, avec ses fils, élève ce beau Saint-Émilion GC Château Cantenac Climat 2006, aux tanins très équilibrés, à la fois puissants et savoureux, qui allie une belle charpente à une jolie rondeur en bouche, un vin de couleurrubis, aux senteurs de prune et de fraise des bois, avec une touché finement poivrée, corséferme et persistant. Le 2005, tout en couleur et en matière, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques de griotte, de fumé et d’épices, tout en bouche, charnu comme il se doit, est de belle charpente, de garde. Beau 2004, avec des arômes de poivre et de groseille, riche et persistant au palais, gras, aux tanins denses. Le 2003 est d’une belle robe profonde et soyeuse, aux notes decassis, de pruneau et d’épices, racé et coloré, aux tanins riches et savoureux, tout en bouche, un vin ferme et charpenté, de belle garde. Le Château Cantenac Sélection Madame 2006 est savoureux, où dominent les épices et l’humus, de bouche ample, bien charpenté. Le Château Cantenac 2005 est de robe pourpre soutenu, avec des senteurs de truffe et d’humus, d’une grande harmonie, très parfumé, un vin de bouche étoffée, séveuxgénéreux et persistant. Le 2004 estcorsé et riche en couleur comme en matière, au nez subtil de fruits à noyau, légèrement épicé.

Château DARIUS

Château DARIUS 

(SAINT-ÉMILION)
GFA Des Pommier Michel et Odette Pommier

33330 Saint-Laurent-des-Combes
Téléphone :05 56 61 31 56 
Télécopie : 05 56 61 33 52 
Email : vignoblespommier@aol.com 

Particulièrement apprécié leur Saint-Émilion GC Darius 2005, tout en bouche, au nezcomplexe et délicat (cassis mûr, épices), associant puissance et finesse, un vin riche et bien charnu comme on les aime, de garde. Le 2004 est un vin bien charpenté, biencharnu, de belle robe soutenue, ample en bouche, au nez légèrement épicé, aux taninsfondus. Beau 2003, médaille d’Argent au concours de Bordeaux 2006, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe, un vin qui commence juste à se fondre. Excellent 2002, corsé, au nez intense de petits fruitsrouges mûrs et de cuir, charmeur et racé à la fois, gras, complexe, de bonne évolution.

Château Le DESTRIER

Château Le DESTRIER 

(SAINT-ÉMILION)
earl Cheminade Olivier
Peyrouquet
33330 Saint-Pey-d'Armens
Téléphone :05 57 47 15 39 et 06 10 31 40 13 
Télécopie : 05 57 47 13 82 
Email : contact@vignobles-cheminade.com 
Site : www.vignobles-cheminade.com 

Une réussite avec ce Saint-Émilion Château Le Destrier cuvée Prestige 2006, 100%Merlot noir issu de vignes de 60 ans (12 mois en barriques neuves à 50%), un vinde couleur brillante, tout en nuances d’arômes (épices, griotte), dense, un vin gras etsouple au palais, de très bonne garde. Le 2005 est savoureux en bouche, concentré, ample et persistant, riche en arômescomme en structure, aux tanins fins mais très structurés. Le Premium Château Le Destrier Saint-Émilion GC 2006, alliant concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, avec ces notes de cuir et de fruits légèrement confits, est de garde. Goûtez le Bordeaux rouge Château Les Chênes 2006, aux connotations de fruits rouges et de sous-bois, bien en bouche.

Château de FERRAND

Château de FERRAND 

(SAINT-ÉMILION)
Directeur : Thomas Guibert
A Saint-Hippolyte
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 74 47 11 
Télécopie : 05 57 24 69 08 
Email : info@chateaudeferrand.com 
Site : www.chateaudeferrand.com 

Très bien classé, et peut monter. Un domaine de 30 ha de vignes d’un seul tenant. Valeur sûre avec ce Saint-Émilion GC 2004, de robe foncée, tout en nuances, auxtanins riches, au nez de petits fruits noirs bien mûrs, légèrement épicé comme il se doit, un vin typé et tout en bouche, d’excellente garde comme ce puissant 2003,charnu comme on les aime, aux tanins très élégants mais très riches également, de jolie robe grenat, d'une belle harmonie avec ces notes de petits fruits rouges mûrs. Excellent 2002, bien charnu comme il le faut, classique du millésime, très réussi. Le 2001 est riche et généreux, à dominante de pruneau, de cannelle, de robe pourpre, alliant une finesse tannique à une rondeur persistante.

Château la FLEUR MORANGE

Château la FLEUR MORANGE 

(SAINT-ÉMILION)
Véronique et François Julien

33330 Saint-Pey-d'Armens
Téléphone :05 57 47 10 90 
Télécopie : 05 57 47 16 72 
Email : julienjf33@aol.com 
Site : www.lafleurmorange.com 

Un vignoble de 2,15 ha, situé sur un sol de sable argileux avec calcaire en sous-solet alios, l’âge moyen de la vigne est de 60 ans, ébourgeonnage, quatre tris sur pieds, double effeuillage, vendanges manuelles en cagettes, passages des grappes sur table de tri, égrenage à la main. Savoureux Saint-Émilion GC 2006, tout en couleur et en matière, avec ces notes très persistantes de cassis et de prune, aux tanins puissants mais fins, d’une jolie finale délicatement poivrée. Le 2005, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, est remarquable, riche et savoureux en bouche. Le 2003 est d’une belle concentration au palais, aux nuances de cuir et d’épices, un cru qui allie distinction et richesse. Le Saint-Émilion GC cuvée Mathilde est de très bonne charpente, où s’entremêlent des senteurs de fruits rouges bien mûrs et de sous-bois, aux tanins amples.

Château FONROQUE

Château FONROQUE 

(SAINT-ÉMILION)
Direction : Alain Moueix

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 60 02 
Télécopie : 05 57 24 74 59 
Email : info@chateaufonroque.com 
Site : www.chateaufonroque.com 

Une réussite avec ce Saint-Émilion GCC 2006, (88% Merlot et 12% Cabernet franc,vin issu de raisins en conversion vers l’agriculture biologique), typé, aux taninsfermes et soyeux à la fois, un grand vin puissant et toujours dominé par l’élégance, dominé par des senteurs de groseille et de fumé, de très bonne garde. Le 2005, aux nuances de mûre et de grillé, aux tanins d’une grande suavité et d’une belle longueur en bouche, est un vin riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, de garde. Le 2004 est particulièrement savoureux, avec au nez des arômes de groseille et de fraise des bois très mûre, très élégant, d’une belle robe sombre, très équilibré et très prometteur. Le 2003 poursuit son évolution, riche et gras, un vin dominé par des notes de réglisse, tout en couleur et en structure.

Château La GARELLE

Château La GARELLE 

(SAINT-ÉMILION)
Mr et Mme Michel Billon
3, La Garelle
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 61 98 
Télécopie : 05 57 24 75 22 
Email : chateaulagarelle@wanadoo.fr 
Site : www.lagarelle.com 

Un domaine de 10 ha sur sols sablonneux et argilo-calcaires, composé de 75%Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc (moyenne d’âge desvignes de 25 ans). Excellent Saint-Émilion GC 2006, de couleur pourpre, avec desarômes de fruits frais et d’épices, soyeux et dense en bouche, élégant et harmonieux mais tout en structure, ample et prometteur. Le 2005 est corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, charmeur et racé à la fois, gras, complexe, de très bonne évolution. Le 2004 est de robe grenat, avec des notes de fruits surmûris. Goûtez le Château RelaisSaint-Émilion cuvée Georgina 2004, très équilibré en bouche, au nez où prédominent le cassis et les sous-bois, un vinample et chaleureux au palais.

Clos LABARDE

Clos LABARDE 

(SAINT-ÉMILION)
Nicolas Bailly
Bergat
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 74 43 39 
Télécopie : 05 57 74 40 26 
Email : nicolasbailly.closlabarde@sfr.fr 

Le vignoble (4,6 ha) est planté à l’est de Saint-Émilion, sur un coteau argilo-calcaire. Les méthodes de culture sont à l’ancienne : on pratique le labour et on n’utilise pas de désherbant, les vendanges sont faites manuellement, les grappes sont triées sur tapis et éraflées, le chai a été rénové, parfaitement équipé pour pratiquer descuvaisons longues contrôlées par thermorégulation. L’élevage dure de 18 à 22 mois dans des barriques de chêne dont 1/3 renouvelé chaque année. Beaucoup aimé ceSaint-Émilion GC 2006, étonnant par sa puissance, un vin dense, complet, auxarômes persistants et subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, très structuré, avec des tanins riches, de garde. Le 2005, de couleur grenat intense, est charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, bien corsé, de garde. Le 2004, auxarômes de fruits mûrs (groseille, cerise) et d’épices, présente des tanins souples et bien présents à la fois, un vin de bouche chaleureuse. Le 2003 est un vin de couleur pourpre intense, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe. Le 2002, très parfumé, bien typé, qui associe couleur et matière, au nez complexe à dominante de fruits frais et d’humus, aux tanins puissants et moelleux à la fois, est de très bonne bouche, à déboucher sur une entrecôte à la moëlle. Remarquable 2001, tout en persistance d’arômes, un vin très intense, tout en bouche, bien épicé comme il le faut, avec des notes de groseille et de cuir, et des tanins très équilibrés. Remarquable 2000, très parfumé (épices, réglisse...), riche et corsé, concentré, aux tanins fermes et ronds à la fois, très persistant en bouche. Remarquable rapport qualité-prix-typicité.

Château LAROQUESAINT-ÉMILION Château LAROQUE

Château LAROQUE 

(SAINT-ÉMILION)
Direction : Bruno Sainson
Saint-Christophe-des-Bardes
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 77 28 
Télécopie : 05 57 24 63 65 
Email : contact@chateau-laroque.com 
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaularoque 
Site : www.chateau-laroque.com 

Depuis plus de quarante ans, le Châteauappartient à la famille Beaumartin. Cette superbe demeure féodale du XIIe reconstruite sous Louis XIV, lui vaut le surnom de "Petit Versailles". Le vignoble s'étend sur 58hectares de vignes situés sur un superbe terroir. Il s'agit de plusieurs coteaux argilo-calcaires situés sur les hauts de Saint-Emilion et profitant d'un excellent ensoleillement. Les vendanges manuelles sont effectuées en fonction de la maturité des raisins, parcelle par parcelle. La vinification pratiquée en petites cuves permet d'isoler chaque lot de raisin et d'affiner la complémentarité des terroirs. Les cuvaisons sont longues et très surveillées, le vin vieillit ensuite enbarriques durant 12 mois. Beaucoup de précautions et de soins apportés aux différentes étapes de l'élaboration du vinpermettent d'obtenir une très haute qualité. Superbe Saint-Émilion GCC 2006, de bouche puissante et corsée, un vin graset typé, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime très équilibré où se mêlent des senteurs de mûre, de moka et de cannelle. Le 2005, aux arômes caractéristiques d’épices (cannelle, poivre rose) et de griotte bien mûre, trèscharnu, de couleur grenat, savoureux en bouche, concentré, un vin gras et persistant, avec un beau volume en finale, degarde, bien sûr. Beau 2004, riche en couleurcorsécharpenté, de bouche savoureuse, aux tanins fermes mais très élégants, au nez complexe dominé par la cerise et le cuir, rond et charpenté, un vin encore bien jeune, de très belle garde. Le 2003 est remarquable, de bouche étoffée, alliant ce gras caractéristique de l’appellation à des notes finement épicées, un vin puissant, de très bonne garde. Le 2002, de couleur profonde, avec beaucoup de structure, au nez complexe où prédominent le cassis et les sous-bois, aux tanins puissants et soyeux à la fois, commence à s’ouvrir. Particulièrement séduisant aujourd’hui, le 2001, dense, gras, alliant puissance et distinction, bien charnu, d’une grande finesse, où dominent les fruits cuits et les épices, intense au nez comme en bouche avec des nuances de cerise et de truffe. Le 2000,gras, de robe soutenue, est charnu, aux notes de groseille surmûrie, de vanille et d’humus bien caractéristiques. Parfait en ce moment, le 99 est tout en bouche, avec cette belle robe aux légers reflets pourpres, un nez profond de fruits rouges et noirs mûrs avec des notes épicées, un vin plein de finesse à la matière tendre, bien structuré. Remarquable 98, de belle structure tannique, puissante et fondue à la fois, de couleur grenat, d’une belle concentration, aux notes de fruits rouges macérés et d’épices (muscade), alliant distinction et richesse, un vin très représentatif de ce grand millésime classique. Beau rapport qualité-prix-typicité.

Château MANGOTSAINT-ÉMILION Château MANGOT

Château MANGOT 

(SAINT-ÉMILION)
Anne-Marie et Jean-Guy Todeschini
Saint-Étienne-de-Lisse
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 40 18 23 
Télécopie : 05 57 56 43 97 
Email :todeschini@chateaumangot.fr 
Site : www.chateaumangot.fr 

“Nos deux fils Karl et Yann se sont joints à nous depuis quelques mois, nous dit-on, et le 2008 sera pour nous le premiermillésime réunissant plusieurs générations.” Très réussi, leur Saint-Émilion GC 2006, de belle robe rubis intense, est un vinclassique, dense, bien corsé, riche et subtil, au nez où l’on retrouve la groseille et les sous-bois, de bouche ample et chaleureuse. Le 2005, de couleur pourpre, est bien charnu comme il se doit, aux tanins fermes et soyeux à la fois, très bien élevé, tout en nuances avec des notes de griotte et de cannelle. Excellent 2004, d’un bel équilibre tannique, bien élevé, au nez complexe (griotte, épices), tout en bouche, de très bonne garde. La cuvée Quintessence 2005 est dense, de bouche savoureuse mais puissante, au nez à dominante de fruits frais et d’humus, parfaite sur une cuisine légèrement épicée. Goûtez leur Côtes-de-Castillon Château La Brande cuvée Réservée 2005, de belle robe rubis intense, très bien équilibré, riche et subtil au nez comme en bouche, aux nuances de fruits macérés et de sous-bois (23 ha plantés majoritairement deMerlot).

Château MATRASSAINT-ÉMILION Château MATRAS

Château MATRAS 

(SAINT-ÉMILION)
Vignobles Gaboriaud-Bernard

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 51 52 39 
Télécopie : 05 57 51 70 19 
Email : chateau.bourseau@wanadoo.fr 

À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Un vignoble situé sur le versant sud des coteaux de Saint-Émilion. Le terrain argilo-calcaire est mélangé d’alios ou crasse defer. Les Cabernet et Merlot y produisent un vin dont le moelleux, la finesse et le bouquet sont fort appréciés. La vinificationest conduite avec un contrôle permanent des températures. Le vin est ensuite élevé pendant 18 mois en fûts de chêne, dont 1/3 est renouvelé chaque année. Superbe Saint-Émilion GCC 2006, aux notes de cassis mûr et d’épices, un vin puissant et harmonieux, aux tanins fermes et savoureux à la fois, très bien élevé, avec des connotations de fruits à noyau et de cannelle, finement toastées. Le 2005, de belle couleur grenat, est un grand vin corsé et velouté, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, intense, au nez légèrement épicé (poivre rose), aux tanins présents, d’excellente garde. Le 2004 commence à s’ouvrir, tout en couleur et en matière, au nez riche de framboise mûre, dense et gras, d’une jolie concentration, de belle garde. Beau 2003, tout en couleur comme en charpente, tout en finesse aromatique (cerise noire, groseille, poivre), de robe intense, typé, associant structure et finesse, de belle évolution. Le 2002, classique, est riche encouleur comme en arômes, intense au nez comme en bouche, d’excellente évolution. Remarquable 2001, épicé en bouche, mêlant finesse et charpente, un vin corsé, de très belle structure, d’une belle finale. Le 2000 se goûte très bien aujourd’hui, un vin dense et riche, alliant distinction et structure, de belle base tannique, tout en bouche. Le 99, alliant concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, a des notes très caractéristiques de cuir et de fruitsconfits. Excellent rapport qualité-prix.

Château MAUVINONSAINT-ÉMILION Château MAUVINON

Château MAUVINON 

(SAINT-ÉMILION)
Famille Tribaudeau
Saint-Sulpice-de-Faleyrens
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 64 79 
Télécopie : 05 57 74 44 96 
Email : chateaumauvinon@worldonline.fr 
Site : www.chateau-mauvinon.com 

À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Ces propriétaires charmants et passionnés sont rejoints par leur fils, Jean-Édouard, en 5e année à Purpan (Toulouse) qui vient donner sa “patte” aux Vins de la propriété. Belle dégustation sur place et un vrai coup de cœur pour leur Saint-Émilion GC 2006, très typé, intense et délicat, un vin ample,charnu et charpenté, qui sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche puissante mais très élégante, avec beaucoup de potentiel. Le 2005, corsé, riche encouleur comme en matière, persistant, au nez dominé par la fraise des bois, mariée à des notes de cuir et d’humus, aux tanins présents et soyeux à la fois, un vin riche et structuré, d’une bonne longueur en bouche, très prometteur. Le 2004 est gras, parfumé, bien classique, corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, avec des tanins riches et veloutés à la fois, tout en charpente. Le 2003, avec cesarômes caractéristiques d’épices et de griotte, est superbe, bien charnutypé, decouleur grenat, savoureux en bouche, concentré, un vin gras et persistant, avec un beau volume en finale, vraiment remarquable. Le 2002, avec des nuances se définissant par des arômes de framboise, defraise des bois, est un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, encore très jeune. Leur 2001, au nez puissant et subtil à la fois, de belle charpente, aux connotations de petits fruits mûrs (cassis, cerise noire…), de cuir et de truffe, est un vin dense, complexe comme il se doit, fondu et très prometteur. Le 2000, puissant et bien savoureux, est ample, de couleur profonde, un vin avec beaucoup de structure, au nez subtil et épicé, qui poursuit une très belle évolution, idéal sur un gigot d’agneau. Le 99 est savoureux actuellement, intense en couleur et en arômes, très parfumé (mûre, poivre…), un vin de bouche charnue, bien persistant en finale. Remarquable rapport qualité-prix, et un accueil de premier ordre.

Château ORISSE du CASSESAINT-ÉMILION Château ORISSE du CASSE

Château ORISSE du CASSE 

(SAINT-ÉMILION)
Danielle Dubois
Saint-Sulpice-de-Faleyrens
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 72 75 
Télécopie : 05 40 54 08 01 
Email : dubricru@terroirsenliberte.com 
Site : www.terroirsenliberte.com 

Une place particulièrement enviable dans leClassement 2009 pour ce remarquable Saint-Émilion GC 2006, charpenté et harmonieux, bien caractéristique de ce que doit être un vinde cette appellation, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, qui associe puissance et distinction, aux taninsdenses, gras en bouche, d’une très jolie persistance. Le 2005, charnu, riche et structuré, au nez épicé, allie une charpente réelle à une jolie rondeur en bouche, un vinavec beaucoup de structure, riche en couleurcomme en arômes, avec ces notes de fruits noirs mûrs (groseille, mûre) et d’épices. Le 2004 développe des notes épicées, au nez complexe où dominent les petits fruits noirs à noyau, riche et souple à la fois, très savoureux. Beau 2003, puissant en bouche, corsécharpenté, avec des arômes intenses (cassis, sous-bois, truffe) et persistants, qui poursuit son évolution. Le 2002 est bien dense, très bien structuré, riche, parfumé, aux notes de fruits mûrs, tout en bouche, un vin aunez intense et complexe (fraise des bois, violette, cuir...), de couleur profonde, d’un bel équilibre, aux tanins savoureux. Beau 2001, de belle couleur grenat, intense, corsévelouté, très parfumé, avec ces notes subtiles de sous-bois et de truffe, aux tanins fermes et ronds à la fois, fondu en bouche. Goûtez aussi “LE P”, une cuvée spéciale, avec des notes de fumé et d’épices, aux tanins souples mais puissants, un vin gras et de belle charpente, harmonieux en bouche. Le Côtes-de-Castillon Arthus, à la tête de son appellation (voir le Classement des Côtes), est très bien élevé, au nez de myrtille, de violette et d’épices douces, gras, où la puissance s’allie à la finesse, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, auxtanins amples.

OUZOULIAS et FilsSAINT-ÉMILION OUZOULIAS et Fils

OUZOULIAS et Fils 

(SAINT-ÉMILION)
Claire Ouzulias
17, rue du Colonel Picot - BP 93
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 07 55 
Télécopie : 05 57 25 18 27 
Email : ets.ouzoulias@wanadoo.fr 
Site : www.ouzoulias-vins.com 

La 5e génération est en place avec la passation de la direction de la Maison de Négoce entre Pierre et Claire Ouzoulias depuis août 2005. Ici, on élève des vins en respectant la grande tradition libournaise, sans esbroufe ni manipulations œnologiques, et l’on a bien raison. Vous aimerez donc comme nous leur Saint-Émilion GCChâteau Franc-Pourret 2006 (agriculture biologique certifié Ecocert), d’une belle structure tannique, très aromatique avec ce goût légèrement fumé, de bouche suave et veloutée, d’excellente évolution. Le 2005, au nez de fruits rouges et d’épices caractéristique, de belle charpente, ample, aux nuances de mûre et de poivre, tout en souplesse mais puissant, de garde. Le 2004 se goûte vraiment très bien aujourd’hui, parvenant à peine à maturité, un millésime tout en charme et souplesse, finement bouqueté, de bouche ample et persistante. Excellent Saint-Émilion GC Domaine du Haut-Patarabet 2005, corsé, savoureux, aux tanins fermes, au nez complexe (cuir, truffe), alliant rondeur et charpente. Goûtez leur Lalande-de-PomerolLes Raisagnoles, riche en couleur, bien charnu, qui sent bon la griotte et les sous-bois, vraiment réussi comme ce Gravesblanc l’Odyssée 2006, doté d’une étiquette épurée et élégante à la fois, est tout en fruité, fin et suave à la fois. Beau rapport qualité-prix.

Château PIGANEAUSAINT-ÉMILION Château PIGANEAU

Château PIGANEAU 

(SAINT-ÉMILION)
Jean-Baptiste et Vincent Brunot
1, Jean-Melin
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 55 09 99 
Télécopie : 05 57 55 09 95 
Email : vignobles.brunot@wanadoo.fr 
Site : www.vignobles-brunot.fr 

À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui vient récompenser une régularité qualitative certaine assortie de prix particulièrement attractifs. “Le 2006 est dans la même lignée que le 2005, nous précise Jean-Baptiste Brunot, un beau millésime qui offre un bel équilibre, les Vins sont plus souples, ce qui permet de les apprécier avec plaisir dès maintenant. Le 2007 sera dans le même style, ce qui est encourageant. Nous apportons un suivi à nos vignes en limitant les traitements, c’est un peu la volonté générale. Nous poursuivons notre façon de faire traditionnelle, c’est ce qui fait notre réputation, en privilégiant le bon rapport qualité-prix, c’est important de nos jours.” Remarquable, ce Saint-Émilion GC 2006, issu d’un terroir gravelo-sableux (83% de Merlot et 17% de Cabernet franc), derobe pourprecorsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, aux nuances de mûre et de grillé, aux taninsd’une grande suavité et d’une belle longueur en bouche. Superbe 2005, de couleur très foncée, aux notes de fruits rouges bien mûrs (griotte, framboise…), un vin aux tanins très équilibrés, de bouche pleine, tout en arômes, de belle garde. Savoureux 2004, de très bonne charpente, au nez où s’entremêlent des notes de fruits rouges bien mûrs et de sous-bois, bien corsé, un vin qui commence à s’apprécier, d’une belle longueur. Le 2003 est très savoureux, très représentatif de cemillésime charmeur, coloré, aux notes complexes où dominent la mûre, les épices et l’humus, de bouche persistante, degarde comme en atteste ce superbe 95. Superbe rapport qualité-prix-plaisir (voir le Lussac-Saint-Émilion Château Tour de Grenet et le Lalande-de-Pomerol Château Le Gravillot).

Château CLOS DES PRINCE

Château CLOS DES PRINCE 

(SAINT-ÉMILION)
Marie-Christine Prince
À Saint-Laurent-des-Combes
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 84 64 14 et 06 76 81 04 11 
Télécopie : 05 57 84 64 54 
Email : vignobles-prince@wanadoo.fr 

Vignoble de 2 ha, sur sables siliceux et profonds et de crasses de fer en sous-sol, avec une moyenne d’âge des vignes de 35 ans (90% Merlot et 10% Cabernetfranc). Valeur sûre avec ce Saint-Émilion GC 2006, très charmeur comme il se doit dans ce millésime tout en souplesse, aux tanins fins, de bouche fruitée et charnue, un vin charpenté, aux nuances de mûre et d’humus, de bouche intense. Riche et complexe, le 2005 allie charpente et distinction, de belle robe intense, un vin d’une jolie concentration en bouche, aux notes de groseille, de fumé et de poivre, de garde. Le 2004 se goûte très bien, un vin de caractèretypé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de bouche corsée, au nezdélicat d’épices et de fruits macérés. Puissant, le 2003, ample et coloré comme il le faut, aux arômes de fruits mûrs (groseille, cerise) et d’épices, aux tanins souples et bien présents à la fois, est un vin chaleureux. Excellent 2001, aux senteurs de cassis et de pruneau, aux tanins équilibrés, de bouche pleine.

Château la ROSE- POURRET

Château la ROSE- POURRET 

(SAINT-ÉMILION)
M. Warion

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 71 13 
Télécopie : 05 57 74 43 93 
Email : contact@la-rose-pourret.com 
Site : www.la-rose-pourret.com 

Le vignoble familial (depuis 200 ans) s’étend sur 8 ha. La génération actuelle maintient la tradition en travaillant avec passion les Merlot (70%) et Cabernet(30%), plantés sur des sols argilo-sableux sur crasse de fer et sables anciens. Les labours, les vendanges manuelles, la vinification traditionnelle, l’élevage en barriques neuves renouvelées par 1/3 chaque année... Beau Saint-ÉmilionGC 2006, d’une belle teinte profonde et soyeuse, aux senteurs de cassis, de pruneau et d’épices, racé, aux tanins riches et savoureux, tout en bouche, unvin rond et bien charpenté. Le 2005 est bien charnu, concentré et gras, dense, au nez dominé par le pruneau et le poivre, finement boisé, de très bonne évolution. Le 2004 est de belle robe soutenue, aux tanins mûrs et présents à la fois, très parfumé, corséharmonieux et persistant, un vin d’excellente évolution. Le 2003, de belle robe grenat, est charnu, aux arômes d’épices, de fruits rougescuits et de cuir, aux tanins fermes et soyeux à la fois. Excellent 2002, de couleur soutenue, gras, riche au nez comme en bouche. Le 2001, de couleur pourpre, avec des arômes de fruits et d’épices, est un vin tout en charme, élégant etharmonieux.

Château LA TOUR DU PIN FIGEAC

Château LA TOUR DU PIN FIGEAC 

(SAINT-ÉMILION)
Sarl André Giraud

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 51 06 10 
Télécopie : 05 57 51 74 99 
Email : contact@vins-giraud-belivier.com 
Site : www.vins-giraud-belivier.com 

Les 11 ha de vignes bénéficient d’un sol graveleux et argilo-siliceux avec un sous-sol très ferrugineux permettant aux vignes âgées de 40 ans de produire le meilleur. L’encépagement est réparti pour 75% de Merlot et 25% de Cabernet franc. Les fermentations sont longues et très surveillées, le vieillissement se fait en fûts dechêne. Une belle réussite avec ce Saint-Émilion GCC 2006, un grand vin de couleur dense, racé, aux tanins puissants et riches, aux connotations de cassis, de mûre et de poivre, tout en élégance, d’excellente garde. Le 2005 est puissant etharmonieux, intense, aux notes de cassis très mûr et d’épices, aux tanins fermes et serrés, mais veloutés à la fois, de bouche complexe où dominent le cassis et la cannelle, qui persistent en finale. Le 2004, au nez de violette et de sous-bois très caractéristique, est franc, ample, corsé et souple à la fois, bien tannique. Voir le Pomerol Château Le Caillou.

Château TOUR SAINT-PIERRE

Château TOUR SAINT-PIERRE 

(SAINT-ÉMILION)
Indivision Goudineau
BP 9
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 70 23 
Télécopie : 05 57 74 42 74 
Email : toursaintpierre@free.fr 

Un vignoble de 12 ha (80% Merlot, 10% Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc) cultivé sans utilisation de désherbant chimique ou d’insecticide. Vous aimerez comme nous ce Saint-Émilion GC 2005, aux tanins soyeux et fermes à la fois, au nezcomplexe et subtil dominé par le cassis mûr et l’humus. Le 2004, tout en couleur et en matière, très typégras, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de fumé et d’épices, aux tanins puissants mais très fins, qui mérite de la patience pour en profiter pleinement. Le 2003 est coloré et très aromatique, d’une grande subtilité en bouche, aux senteurs de cassis, de cuir et de truffe, très corsé, bien charpenté, aux tanins fermes mais d’une grande élégance. Beau 2002, gras, complet, un vin ample et dense en bouche, qui poursuit une fort belle évolution. Le 2001, de couleur grenat, d’une belle concentration, aux notes de fruits rouges mûrs et d’épices, allie distinction et richesse. Très beau 2000, typé, au nez complexe, de bouche puissante et parfumée. Remarquable rapport qualité-prix.

Clos TRIMOULETSAINT-ÉMILION Clos TRIMOULET

Clos TRIMOULET 

(SAINT-ÉMILION)
Guy, Alain et Joël Appollot

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 71 96 
Télécopie : 05 57 74 45 88 
Email : clostrimoulet@vinsdusiecle.com 
Site : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet 

À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. “Le 2007 est un millésime miraculeux, nous précise Alain Appollot, la nature a été généreuse avec nous. Nous avons commencé les vendanges fin septembre pour finir mi-octobre, l’état sanitaire était très satisfaisant, il faisait très beau donc nous avons ramassé des raisins à parfaite maturité, en prenant notre temps. Grâce à notre travail en amont, aux soins que nous avions apportés à la vigne durant tout l’été, les raisinsétaient très jolis, les analyses étaient d’ailleurs très bonnes, surprenantes même, révélant des PH tout à fait corrects. Cela donne des Vins très fruités, d’un bel équilibre, des Vins assez classiques finalement. Pour l’élevage, nous n’avons pas trop utiliser de bois neuf, nous ne tenons pas à masquer les Vins. Je respecte le millésime et ses caractéristiques, je ne cherche pas à les gommer mais au contraire à souligner le meilleur.” On le voit bien avec son très beau Saint-Émilion GC 2006, marqué par des notes de fruits noirs très mûrs et des touches finement boisées, de bouche suave, qui développe destanins fondus et structurés. Remarquable 2005, dense, encore fermé, un vin puissant et persistant, aux tanins harmonieuxet riches, charpenté, alliant structure et velouté en bouche, d’excellente évolution. Le 2004, médaille de Bronze 2007, un grand classique libournais, assez souple, est d’un beau rouge profond, légèrement boisé pour maintenir un bel équilibre et d’une grande finesse, une belle rondeur, avec des notes de fruits mûrs, pas spécialement de grande garde, un vin plaisir tout en “dentelle”. Superbe 2003, médaille d’Argent, d’un beau rouge sombre soutenu, coloré, dense, au bouquet subtil où dominent le pruneau et les épices, mêlant souplesse et structure. Le 2002, médaille d’Or, est une réussite, de belle robesoutenue, aux tanins riches, aux connotations caractéristiques de fruits frais et de sous-bois, alliant une charpente réelle à une jolie rondeur en bouche, de très bonne évolution. Le 2001 est remarquable, très élégant, avec des tanins intenses et savoureux. Le 2000 est un grand millésime, de robe profonde, au nez très expressif de fruits, de bouche charnue, très équilibrée entre puissance et fraîcheur, de garde. Goûtez aussi leur Montagne Saint-Émilion Château Chevalier Saint-Georges 2005, d’une belle structure, un bel équilibre, un vin avec des arômes fruités, très agréable à déguster dès à présent.

Château VIEUX-POURRET

Château VIEUX-POURRET 

(SAINT-ÉMILION)
Mme Richert-Boutet
Miaille
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 68 17 et 06 80 64 49 75 
Télécopie : 05 57 24 63 27 
Email : chateau-vieux-pourret@orange.fr 
Site : www.chateau-vieux-pourret.fr 

Vignoble de 6 ha, en conversion biodynamique (agriculture exempte de produits chimiques), dont l’étiquette 2005 porte le label. Beaucoup aimé son Saint-Émilion GC 2006, de bouche persistante avec ces nuances de fumé caractéristiques, bien équilibré, d’une grande harmonie, de belle charpente. Le 2005, au bouquet développé, aux nuances fruitées et giboyeuses, est un vin complet, avec des tanins denses et harmonieux, d’excellente garde bien sûr. Remarquable 2004, au nez de fruits rouges et d’épices, d’une complexité certaine, avec destanins veloutés, de bouche suave et fine à la fois, de très bonne garde. Le 2003, de couleurpourprecorsé, savoureux, aux tanins riches, au nez complexe (cuir, truffe), allie rondeur et charpente. Le 2002, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de cerise noire, est ample comme le 2001, aux notes de fruits légèrement confits.

samedi 13 mars 2010

La spirale des "promotions" sans fin

On voit que, pour la première fois de leur histoire, des grandes surfaces sont prises à leur propre piège : à force de multuplier les "promotions", le consommateur, vous, moi, nous réalisons vraiment que, si elles peuvent se permettre de casser les prix durant des mois, cela veut dire qu'en temps normal, leurs marges sont considérables. Ce qui les attend, c'est que nous n'allons plus aller pousser leurs portes en période hors promotions. Les distributeurs le savent et sont aux abois : ils ne parviennent plus à sortir de cette spirale de "prix cassés" et s'arrachent les cheveux pour trouver les solutions : multiplier leurs propres marques (client des Nouvelles Galeries -entre autres, on ne voit sur les rayons que la marque "monoprix", sur les sardines comme sur le jambon).

Plus le temps passe, plus ces groupes (dans un autre secteur, on appellerait cela des multinationales) "broient" notre patrimoine humain. Un patrimoine, cela va du château de Versailles à nos produits du terroir, ne l'oublions pas. À force d'acheter à bas prix, non seulement le consommateur ne bénéficie pas forcément de ces baisses, mais on lui propose de plus en plus des produits aseptisés. Bien sûr, on en trouvera toujours qui nous jugera que c'est pour le bien des consommateurs, un autre qui nous prouvera que c'est le "bon samaritain" des producteurs...

Un poulet de Bresse fermier, et même un poulet standard, ce n'est pas un "truc qui ressemble à du poulet" empaqueté par je ne sais qui et provenant d'on ne sait où. Idem pour vos tranches de "jambon" sous vide gorgées d'eau ou de phosphates, pour vos crevettes (lisez les étiquettes" provenant de la mer de Chine) ou -on y revient, de vos bouteilles de rouges fortement matraquées par des prouesses œnologiques et gorgées d'enzymes ou de levures artificiels. Pour mémoire, cet article.

Chacun de nous peut agir

Nous sommes donc responsables. Qui n'a pas eu la nausée récemment de voir des producteurs désemparés, humiliés, être forcés de déverser dans des champs leurs milliers d'hectolitres de lait quand la faim dans le monde est une souffrance réelle ? Comment peut-on empêcher cela ? Bien sûr, il y a des quotas européens, voire mondiaux, mais, quand même, on voit bien que leur travail n'est pas rémunéré, en France, par des acheteurs français. La Chine, l'Argentine ou je ne sais qui, ont bon dos..

En fait, tout reste cohérent. Plus l'on défend les marques du terroir, plus l'on combat les vins aseptisés, plus l'on dénonce la cherté de nombreuses bouteilles dont les proprios se moquent de nous... plus l'on se rend compte que c'est la même chose pour son entrecôte, ses huîtres ou son pain : on se fait vite avoir, avouons-le par une pub alléchante, l'ignorance ou la facilité de pousser un caddie. Pourtant, il suffit de s'assumer, d'agir, de prendre un peu de temps, de frapper à la bonne porte... pour défendre une éthique, avoir un geste citoyen.

C'est quoi, un geste citoyen ? Soyons bref :

- Défendre la production française. Comme le développement durable, mieux vaut donner nos sous directement à un producteur plutôt qu'à un marchand, et encore moins à la grande distribution. Plus cette dernière s'enrichit, plus nos agriculteurs s'appauvrissent. Je passe sur le fait d'être traité comme des gogos avec des linéaires et têtes de gondoles savamment travaillés (et chers payés par les marques, ce qui renforcent les marges des GS) qui nous incitent inconsciemment à faire le tour des rayons dans un manège où l'on nous amène où l'on veut, si nous n'y faisons pas attention. On nous prend pour des bestiaux, des niais, et, trop, c'est trop.

Car proposer le prix le plus bas (ce qui, en soi, est louable), ce ne doit pas être l'occasion pour acheter de moins en moins cher aux producteurs, sans répercuter cela sur le prix affiché aux consommateurs.

Et la qualité n'en pâtirait popurtant pas. Les enseignes à "bas prix" proposent des produits tout-à-fait honorables qualitativement, non ?

Personne d'autre que nous ne pourra aider nos producteurs. C'est pourtant simple, facile, pratique : chacun a un marché (ou un petit commerçant) près de chez lui, etc. Les prix sont sages et rémunérateurs pour nos paysans, tout le monde est content.

Que certains ne me disent pas "c'est pas pratique" !!! Il n'y a rien de plus simple aujourd'hui : Internet permet d'acheter directement sa viande ou ses volailles, ses produits frais comme ses poissons, il suffit de chercher et de cliquer (je vous ferai prochainement un article sur les produits alimentaires accessibles en ligne), à des prix "directs", c'est-à-dire particulièrement intéressants.

Et remédier, à notre niveau, au chômage, c'est aussi permettre à nos paysans (comme à nos pme) de rester en place et d''embaucher !

Inutile de s'étendre également sur le bien-fondé d'acheter "sain". Chez un producteur, on a une véritable traçabilité, non ?

- Soutenir les hommes et les femmes. Être paysan, c'est noble, c'est beau. Faut bosser, être passionné, aimer et défendre la nature, la diversité... Je suis attaché aux vignerons dignes de ce nom depuis 30 ans, il faut faire la même chose avec tous nos autre producteurs, de celui qui est amoureux de sa "charolaise" comme de celle qui concocte ses fromages au fin fond du Berry. Ils valent le coup, ceux-là.

Bon appétit (et bonnes courses) !

P. S. Au fait, notre Newsletter de VINOVOX, adressée gratuitement le Jeudi (et dans laquelle est repris ce billet), atteint actuellement les quelque 20.000 abonné(e)s. Pas mal pour un site et une "lettre" qui a débuté en Janvier 2008 et draine désormais en flux direct le contenu de plus de 150 blogs cuisine, vins, voyages... !

mercredi 7 janvier 2009

Faugères Château des Peyregrandes


CHÂTEAU DES PEYREGRANDESDomaine familial de 25 ha depuis 5 générations, Marie-Geneviève Boudal-Benezech perpétue la tradition et la destinée du Domaine depuis 1995. La qualité commande la conduite de nos vignes, notre exploitation est qualifiée au titre de l’Agriculture raisonnée. Les vins sont très typés "Faugères" : une grande richesse aromatique, beaucoup de structure, grande finesses des tanins. Notre but est de transmettre au consommateur la typicité de cette appellation, en élaborant des vins issus d'assemblage et en constante recherche d'équilibre entre la puissance et la finesse. En fait, comme dans une œuvre d'art, nous essayons de transmettre au travers de nos produits, l'amour et la passion que nous avons pour notre région, nos vignes et notre vin. Le Domaine vous propose ce Faugères rouge 2004, provenant de raisins (vendanges manuelles) issus d’une exploitation qualifiée au titre de l’agriculture raisonnée et suivant la démarche Terra Vitis, de belle couleur grenat, encore jeune, au nez de sous-bois, de cassis et de griotte, associant finesse et charpente, avec des tanins à la fois riches et savoureux. Le Faugères cuvée Charlotte 2004, issu des quatre cépages Syrah, Grenache, Carignan et Mourvèdre, est puissant et savoureux, au nez caractéristique de fruits mûrs et de garrigue, de couleur soutenue, charpenté, riche et fondu à la fois, de garde. Beau Faugères Prestige 2003 (50 % Syrah, 40 % Carignan et 10 % Mourvèdre, sur les pentes de la Serre, coteau aride sur les hauteurs du village exposé plein sud face à la mer), élevé en fûts de chêne, un vin aux tanins présents et savoureux à la fois, de belle robe soutenue, très parfumé (humus, réglisse), d’une belle ampleur en bouche, de très bonne évolution. La cuvée Marie Laurencie 2001 (40 % Syrah, 40 % Grenache, 10 % Carignan et 10 % Mourvèdre, vendange grain par grain, élevage 10 mois en barriques avec 1/3 de fûts neufs) est un beau vin concentré et riche, de couleur grenat intense, aux arômes de fraise des bois et d’épices, de bouche puissante et élégante. Beau Faugères 2004, riche et charnu, de couleur intense, fruité (griotte, mûre), finement poivré, charpenté, très réussi comme le Faugères rosé 2007.

COORDONNEES
Nom du propriétaire : Marie-Geneviève Boudal - Benezech
Nom du responsable : Marie-Geneviève Boudal - Benezech
Adresse : 11, chemin de L'Aire 34320 Roquessels
Téléphone : 04 67 90 15 00
Télécopie : 04 67 90 15 60
E-Mail : chateaudespeyregrandes@vinsdusiecle.com
Site Vins du Siècle : www.vinsdusiecle.com/chateaudespeyregrandes
Site personnel : www.chateaudespeyregrandes.com

mardi 11 novembre 2008

Les vins parfaits sur les poissons

v Bouillabaisse : des blancs (Cassis, Bandol, Côtes-de-Provence), un rosé ample et fruité.

v Poissons grillés : des vins blancs secs (Anjou, Mâcon, Pinot blanc, Côtes-de-Provence, Entre-Deux-Mers…).

v Poissons en sauce ou à la crème : des vins blancs puissants (Meursault, Pernand-Vergelesses, Pessac-Léognan, Tokay), voire liquoreux.

v Poissons de rivière : des vins blancs relativement secs comme le Sancerre, un Apremont, un Chassagne-Montrachet ou un Riesling. Avec la lamproie, du Sauternes. Sinon, Champagne.

v Sardines fraîches : un blanc très sec et très frais (Sancerre, Muscadet, Abymes, Gaillac, Entre-Deux-Mers…).

v Saumon grillé : des vins blancs puissants (Pouilly-Fuissé, Chablis, Montrachet).

samedi 23 août 2008

Les sols des vignobles français

Le sol, c’est le terroir, et c’est lui qui va faire la différence entre un grand vin et un bon vin.

Pour mieux comprendre l’influence du sol, il faut réaliser que la force de la vigne, son originalité (sans équivalence à ce point), est en fait de se développer en sous-sol, pour chercher sa nourriture. A cinq, dix ou quinze mètres, ses ramifications vont puiser dans les roches les minéraux et autres aliments essentiels (fer, magnésium, calcium, azote…) nécessaires à sa croissance.

En réalité, le sol que l’on voit quand on se promène dans un vignoble n’a, lui, que peu d’importance, même si certains producteurs se font un malin plaisir de rajouter des cailloux de graves pour “faire mieux”. Ce qui compte, c’est le sous-sol, et rien d’autre.

La règle de base est extrêmement simple : les meilleurs vignes poussent dans des sous-sols pauvres, bien drainés naturellement, auxquels les différentes couches apportées par les cycles tertiaire et quaternaire apportent une touche fondamentale où complexité et homogénéité s’assemblent.

Aux côtés de ceux qui sont confrontés à leurs ressources naturelles, certains vignobles sont conduits comme des champs de maïs, avec drainage et tutti quanti. Si la vigne pousse partout, si les raisins rouges sont rouges dans n’importe quel pays, il faut encore savoir faire la différence entre la typicité et l’uniformité. De lui-même, le sol fait donc la différence.

Alluviaux (dépôts) : déposés par un torrent, composés pour la plupart de limon, de sable et de graviers, très fertiles. Pour référence, la fameuse plaine alluviale de la vallée du Pô, en Italie. Se rencontrent également en Hongrie, au Liban, en Savoie, en Bulgarie, en Afrique du Nord, en Californie, et dans La Rioja.

Ardoise : roche dure, qui provient de la compression d’argile, de limon et de sable, qui retient bien la chaleur. On peut la trouver dans la région de l’Ahr, en Allemagne, où elle s’allie à des terres volcaniques.

Argile : une roche à grain fin, qui retient facilement l’eau (Grande-Bretagne, Jura…). Mélangé au calcaire, c’est le sol classique du Penedes et, dans une moindre mesure du Xérès, en Espagne.

Argileux (sols) : sols sédimentaires comprenant principalement les argiles, les glaises, les marnes et les limons (Moselle).

Basalte : roche volcanique, riche en calcaire et en soude (Sicile).

Calcaire : roche sédimentaire alcaline, qui favorise la production de raisin au taux d’acidité relativement élevé, comme dans la Loire (Pouilly-Fumé…). On en trouve également au Chili et en Afrique du Nord.

Calcaire (sol) : sol de carbonates de calcium et de magnésium, qui permet aux racines de pénétrer la terre et leur assure un excellent drainage. Le meilleur exemple en est le territoire des grands crus de Saint-Émilion (et d’Alsace). Se trouve aussi bien présent en Roumanie, au Chili, en Afrique du Sud, et en Grèce.

Carboné (sol) : sol qui provient d’une végétation décomposée dans des conditions anaérobiques. Les sols carbonés les plus courants sont la tourbe, la lignite, le charbon et l’anthracite.

Craie : roche alcaline poreuse qui favorise la production de raisin au taux d’acidité particulièrement élevé, et convient donc tout naturellement pour les cépages blancs. On en trouve en France, bien sûr, mais aussi au sud de l’Espagne (Moscatel).

Crasse de fer : couche riche en fer que l’on trouve dans le Libournais, principalement à Pomerol, et aussi à Saint-Julien.

Éolien : sol riche en sédiments déposés par les vents.

Ferrugineuse (argile) : argile relativement riche en fer.

Galets : c’est à Châteauneuf-du-Pape que l’on rencontre cette “mer” de gros cailloux roulés, en forme de galets, qui possèdent les qualités idéales d’attirer la réverbération du soleil et de conserver la chaleur du jour durant la nuit.

Granite : roche dure, riche en minéraux, qui se réchauffe rapidement et qui retient la chaleur. On en trouve dans le nord-ouest de l’Italie, et au Portugal, pour la production du Vinho verde.

Graves : cailloux siliceux, qui assurent un excellent drainage et conviennent parfaitement à la vigne, lui imposant de chercher sa propre nourriture. Ces sols s’adaptent parfaitement aux cépages Cabernets, et font des merveilles dans l’appellation Margaux (et dans les Graves). On retrouve également des sols de graves sablonneuses dans le Libournais, et des marnes graveleuses dans le Jura. Idem en Afrique du Sud.

Grès : roche sédimentaire composée de particules. Souvent alliée au calcaire comme dans le Palatinat ou en Franconie, en Allemagne.

Humus : matière organique contenant des bactéries et des micro-organismes. Alimente les plantes.

Kimmerdgiens (sols) : sols de marne calcaire, que l’on trouve en Allemagne, et également à Chablis ou à Sancerre.

Lignite : matière carbonée, chaude, très fertile; on la trouve surtout en Champagne et en Allemagne.

Limon : sol tendre et friable, composé d’argile, de sable et de vase. Trop fertile. Très présent au Canada, en Californie, notamment dans la Napa Valley et la Vallée Centrale, et en Australie (Nouvelles-Galles du Sud).

Lœss : dépôt accumulé par le vent, fait essentiellement de limons, qui se réchauffe rapidement en retenant l’eau, comme il le prouve en Allemagne, en Rhénanie par exemple. Egalement en Roumanie.

Marne : argile calcaire qui retarde la maturation du raisin et en augmente l’acidité (Bourgogne, Piémont, Hesse-Rhénanie, Alsace…). Egalement en Afrique du Nord.

Mica : sol assez maigre, à base de poudre de granit, idéal pour la vigne, que l’on trouve surtout dans les grands crus de la vallée du Rhône (Condrieu…).

Molasse : grès tendre et friable, souvent calcaire, que l’on trouve dans certaines régions du Bordelais.

Moraine glaciaire : sol rocheux déposé, comme son nom l’indique, par un glacier, et formé principalement d’ardoise, de schiste et de calcaire. Classique des vignobles de montagne comme ceux de Suisse et du nord-est de l’Italie.

Palus : sol fertile d’origine alluviale récente, souvent planté inopportunément, peu propice réellement à la vigne de qualité. On en trouve dans la région bordelaise, notamment dans celle du Médoc.

Porphyre : roche colorée au ph élevé, que l’on trouve souvent dans la région de Nahe, en Allemagne.

Quartz : minéral le plus commun et le plus abondant, présent dans de nombreux sols, qui réduit l’acidité du vin.

Sable : sol chaud et aéré, qui assure un bon drainage. Ne fait pourtant pas assez souffrir la vigne. On en trouve partout, en France, en Argentine, en Californie, en Australie comme au Liban.

Schiste : roche cristalline riche en potassium et en magnésium, qui retient bien l’eau, et convient tout à fait à la vigne. Assez dures à cultiver, on trouve souvent ces terres schisteuses dans les pays du sud de l’Europe, au Portugal et en Italie, notamment en Toscane. Certains secteurs de l’Afrique du Sud en sont pourvus.

Silex : roche qui emmagasine la chaleur, comme les galets de Châteauneuf-du-Pape, et donne des vins très typés, au fameux goût de “pierre à fusil” (Loire…).

Silice : sol assez acide de nature cristalline, dont l’archétype se trouve en Bourgogne, allié à de l’argile et du calcaire.

Terra Rossa : argileux et rouge, sédimentaire.

Tuffeau : roche volcanique, calcaire, que l’on retrouve en Touraine (Chinon, Bourgueil…), voire en Allemagne, en plus petite proportion dans la région de l’Ahr.

Volcaniques (sols) : sols principalement formés de lave et de basalte (îles grecques, Chypre, Allemagne, Sonoma Valley, Autriche…).

Millesimes

dimanche 2 mars 2008

Les vedettes de Mercurey, Rully et Givry

__MERCUREY

Domaine Maurice PROTHEAU et Fils__ Philippe Protheau Château d’Étroyes 71640 Mercurey Tél. 03 85 45 10 84 Fax. 03 85 45 26 05 e.mail : contact@domaine-protheau-mercurey.fr www.domaine-protheau-mercurey.fr Toujours au sommet. Le domaine s’étend sur 50 ha de vignobles dans les grands climats de la Côte Chalonnaise et 10 ha de Premiers Crus. Remarquable Mercurey Premier Cru Clos l’Évêque rouge 2005, tout en distinction, fin mais puissant, typé, de bouche parfumée, de couleur soutenue, aux tanins fermes et fondus à la fois, persistant en bouche, de très bonne évolution.  Mercurey Premier Cru rouge Signature 2005, de robe pourpre, au nez complexe avec des notes de fruits rouges bien mûrs (cassis, cerise), typé et intense, un vin prometteur. Goûtez le Mercurey rouge cuvée Vieilles Vignes 2005, assemblage des meilleures parcelles de vieilles vignes, vendanges manuelles et élevage en fûts dont 20% de neufs, de couleur rubis, ample et parfumé (fraise des bois, épices), corsé, aux tanins équilibrés, ferme et persistant. Savoureux Mercurey Premier Cru rouge Les Velley 2005, charnu, aux tanins équilibrés, au nez complexe où domine la groseille bien mûre, alliant puissance et finesse, dont le velouté très caractéristique est particulièrement charmeur. Excellent Rully La Chatalienne blanc 2005, au nez concentré où dominent les fruits mûrs et les fruits secs, de mousse crémeuse et d’une très belle longueur en finale. Beau Mercurey blanc cuvée Les Vieilles Vignes des Ormeaux 2005, issu de vignes plantées en 1939 et d’une vinification en fûts dont 15% de neufs, fondu en bouche, au nez intense où dominent le musc et l’aubépine, tout en harmonie, idéal sur un bar au beurre blanc. Remarquable rapport qualité-prix-typicité.

__RULLY

Domaine Christophe-Jean GRANDMOUGIN__ 11, rue Saint-Jacques 71150 Rully Tél. 03 85 87 23 79 Fax. 03 85 87 17 34 e-mail : domainestjacques.grandmougin@wanadoo.fr Vous apprécierez comme nous ce Rully rouge Premier Cru La Fosse 2005, de robe soutenue, charpenté, gras et charnu à la fois, aux tanins bien présents, un vin qui fleure les épices et les petits fruits à noyau, de bonne évolution comme el montre ce 2004, avec des arômes d’épices, de fruits noirs et de sous-bois, charnu, ample, tout en nuances aromatiques, un vin qui emplit bien la bouche. Excellent Rully blanc Premier Cru Marissou, tout en arômes, au nez complexe et puissant (acacia, poire), très bien équilibré, de bouche parfumée et ample. 

__GIVRY

Gérard et Laurent PARIZE__ 18, rue des Faussillons 71640 Givry Tél. 03 85 44 38 60 et 06 72 93 36 31 Fax. 03 85 44 43 54 e-mail : laurent.parize@wanadoo.fr Une exploitation familiale de 9 ha où la 6e génération est aux commandes. Excellent Givry rouge Premier Cru Clos Les Grandes Vignes 2005 (élevage en fûts neufs), riche en couleur comme en structure, typé, tout en bouche, aux connotations de mûre et de sous-bois, aux tanins très équilibrés, toujours très abordable. Leur Givry Champ Nalot rouge (élevage en fûts de 2 ans), est plus souple, bien charnu. Goûtez le Givry blanc Champ Nalot 2006, élevé en fûts, très fruité au nez comme en bouche, avec des nuances de pêche et de chèvrefeuille, harmonieux en finale, à ouvrir sur une terrine de lièvre.

Voir le Classement 2008

Voir le site de Millésimes

Voir les Classements 2008 des meilleurs vins de France

Voir VinoVox et s'abonner gratuitement

Millesimes

vendredi 15 février 2008

La qualité du millésime 2007 en Alsace

__Brigitte Dussert : depuis 3 ou 4 ans, vous semblez déçu par certains vins d’Alsace... __ Patrick Dussert-Gerber : j’aime l’Alsace, origines obligent, et, cette année, les conditions climatiques ont été délicates, et les rendements habituels, très importants dans cette région, ne sont pas un atout pour réussir le 2007. Il fallait être très sévère sur les rendements. Paradoxalement, un certain nombre de vignerons alsaciens ont un problème : c’est leur richesse ! Quelques-uns commencent à s’endormir sur leurs lauriers puisqu’ils vendent très bien leurs vins depuis des années. Je trouve que les vins d’Alsace que l’on goûte sont décevants depuis quelque temps, les vins sont trop mous, manquent justement de cette acidité, c’est pour cela que le 2007 sera un bon retour aux sources. Je suis souvent déçu par des vins qui ont moins de typicité, qui sont de plus en plus ronds, qui manquent de fraîcheur. Ils sont “douceâtres”, avec de forts taux de sucres résiduels. Que ce soit le résultat d’un réchauffement climatique ou une façon de faire des vins plus souples, je le regrette, et il y aura d’ailleurs un bon nombre d’éliminés dans mes prochaines sélections. Je préfère un vrai riesling, frais, franc que l’on a plaisir à déboucher sur une douzaine d’huîtres, plutôt qu’un Pinot gris qui a le même goût qu’un Gewurztraminer, et dans lequel il est bien difficile de trouver une quelconque trace de minéralité.

Même les Vendanges Tardives sont parfois des vins trop gras, on a perdu cette notion de vivacité, de fraîcheur, qui signent d’ailleurs les grands vins liquoreux de garde. En 2007, la qualité dépendra de la conscience professionnelle du vigneron, et il faudra vraiment frapper à la bonne porte.

Attention à la complexité des terroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits et à leur multiplication sur les étiquettes où l’on se perd... Les millésimes 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003 a été beaucoup plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2004, 2001, 2000, 97 ou 89).

lundi 11 février 2008

Les mots du vin : R

RABAT Centre viticole du Maroc où l’on produit surtout des rosés friands, des vins “gris”.

RABIGATO Cépage blanc portugais, qui entre dans l’élaboration du Porto blanc avec le Gouveio et les Moscatels.

RACLET Nom suisse d’un outil pour sarcler la vigne.

RAFLE (OU RÂPE) Grappe de raisin sans ses grains. C’est la partie ligneuse de la grappe qui apporte un surplus de tanin. L’égrappage permet souvent d’éliminer ce côté de dureté.

RAISIN C’est tout simplement le fruit de la vigne (Cépage).

RAKI Voir Arak.

RAMATO Vin cuivré italien fait de raisins de Pinot grigio ayant macéré brièvement avec leurs peaux.

RAMISCO Le cépage de Colares (près de Lisbonne), qui donne des vins riches en tannins, austères, très lents à se faire (Portugal).

RANCIO 1/. Désigne un style de vin blanc madérisé, le plus souvent espagnol.

2/. Un des caractères agréables que les eaux-de-vie et certains vins fortifiés en alcool acquièrent par un long vieillissement oxydatif, généralement en fûts de bois et au contact de l’air. Voir Banyuls.

RÂPÉ Se dit d’un vin éventé, qu’on essaye de bonifier par macération avec de la rafle ou des copeaux de bois.

RÂPEUX Se dit d’un vin très riche en tanins, dur, qui râpe la langue.

RAPSANI Bon vin rouge grec, provenant de Thessalie, classique, issu des cépages Xinomavro, Krassoto et Stavroto, qui se complètent harmonieusement pour donner ce vin vif et coulant, assez parfumé.

RASTEAU Vins Doux Naturels de la vallée du Rhône. La commune est aussi l’un des villages intéressants des Côtes-du-Rhône méridionales.

RATAFIA Produit obtenu en ajoutant de l’eau-de-vie de marc au moût. On en fait en Champagne.

REBUSE En Suisse, c’est le brusque retour d’un temps froid.

RÈCHE Vin rugueux, très astringent, dont le goût peut aussi être occasionné par un emploi trop abusif de bois neuf.

RECIOTO Bon vin italien fort et moelleux fait de raisins passiti.

RÉCOLTE Voir Vendange.

RÉFRACTOMÈTRE Instrument qui sert à mesurer le taux de sucre du raisin.

REGALEALI Prestigieux producteur italien qui soigne particulièrement un “simple” vin de table Rosso del Conte de Sicile, superbe.

REGIAO DEMARCADA Ou RD. Signifie Région Délimitée au Portugal.

RÉGNIÉ C’est le dixième cru du Beaujolais depuis 1988. Un vin assez dense, corsé et parfumé, qui associe finesse et charpente.

RÉGNIÉ-DURETTE La commune est le centre de l’appellation Régnié. Excellente étape dégustative au Domaine Passot Les Rampeaux.

REHBACH Important Grosslage du Bereich Nierstein situé dans la region de Hesse rhénane (Allemagne), où l’on trouve de très beaux vins. Le Riesling pousse bien et donne ces vins gras, à la fois nerveux et suaves, très parfumés, de bouche intense et persistante.

RÉHOBOAM Bouteille qui contient l’équivalent de 6 bouteilles, soit 4,5 l.

REICHENSTEINER Un croisement Müller-Thurgau, Madeleine angevine et Calabreser-Fröhlich (Allemagne).

REIMS (MONTAGNE DE) Excellente région de vignobles champenois, l’une des quatre zones avec la vallée de la Marne, la côte des Blancs et les vignobles de l’Aube. La montagne de Reims fait partie de la falaise de l’île de France et s’étend sur un vaste plateau à faible relief, dont les meilleurs crus soint Ambonnay et Bouzy.

REMONTAGE Opération qui consiste à faire couler le moût par le bas de la cuve dans un récipient peu profond et à le reprendre à la pompe pour arroser la surface du chapeau.

REMUAGE Opération qui consiste à faire pivoter les bouteilles sur elles-mêmes jusqu’à ce que le dépôt repose contre le bouchon (voir Méthode champenoise).

RENDEMENT C’est le pourcentage de vin (en hectolitres), produit par hectare. Si la France est un des rares pays à vouloir maîtriser ses rendements, d’autres pays producteurs comme l’Allemagne ne se privent pas pour laisser libres les leurs. Malgré toutes les excuses, les types de vignes ou les artifices œnologiques, un rendement mesuré est le seul gage réel de qualité d’un vignoble digne de ce nom.

RESERVA Pour les vins espagnols, cette dénomination spécifie un vin qui a vieilli quelque temps en fûts (dont deux ans au moins en barriques pour un Gran Reserva), ou en bouteilles avant sa commercialisation (deux à trois ans). C’est un gage de qualité. Employé aussi au Portugal.

RESSE Parchet de vigne en côte, soutenu par un mur, surtout dans le Chablais suisse.

RESSAT Repas réunissant patron et personnel à la fin des vendanges, en Suisse.

RETSINA Le vin grec unique et très populaire, au goût caractéristique de “résine”, que les Grecs consomment en quantité non négligeable dans les tavernes, sous une tonnelle (il vaut mieux être à l’ombre en effet pour s’y familiariser).

Surtout blanc, issu des cépages Savatiano et Rhoditis, le vin est élaboré exactement comme les vins secs. C’est l’addition de morceaux de résine de pin aux moûts avant ou pendant la fermentation (pour éviter auparavant la tendance naturelle à l’oxydation), retirés ensuite avec la lie lors du soutirage, qui confère au vin toute son originalité, et cette amertume unique.

RETZ Basse-Autriche. La commune est au centre des vignobles du Weinviertel, et, aux côtés de viins blancs légers et frais, produit aussi un rouge tout en rondeur, qu’il faut boire un peu frais.

REUILLY France. En plein cœur du Berry, cette petite appellation produit des vins de Loire blancs, rouges et rosés. Quelques bouteilles intéressantes.

RD Voir Regiao Demarcada.

RHEINGAU Historiquement, le Rheingau a toujours été une référence. En 1435, le Riesling est cité pour la première fois par écrit dans la région de Hochheim. Déjà, le grand intérêt de la cour des archevêques de Mayenne pour ces vins, sur le plan fiscal mais aussi pour le plaisir, a forcé l’achèvement de la culture viticole au Moyen Age. Les monastères y ont joué un rôle considérable, comme l’Abbaye des bénédictins de Johannisberg (fondé en 1100) et le monastère cistercien d’Eberbach (établi en 1136). Voir aussi Allemagne.

C’est dans cette région que l’on goûte le plus grand nombre des meilleurs vins allemands, dont quelques-uns font partie des plus grands vins du monde, notamment les Auslese, Beerenauslese, Trockenbeerenauslese, voire certains Kabinett extravagants. A plus de 80%, le Riesling est le cépage principal du Rheingau (3 000 hectares), mais l’on produit également des rouges (à Assmanshausen) qui ne m’ont pas vraiment enthousiasmé, douceâtres et pâles, sans réel intérêt.

Le Rheingau est un cas à part du vignoble allemand où la multitude de crus alliée à une impressionnante diversité de sols (quartz, schistes, lœss, marnes, calcaires, ardoises, limons…) s’ajoute au fait que la région est surtout celle de producteurs indépendants, à l’inverse des autres vignobles allemands où le négoce et surtout la coopération sont omniprésents. Les meilleurs vins se trouvent chez Shloss Volrads, Ress, Deinhard, Aschrott, Weil, Scholl und Hillebrand, Lang Hans…

A une époque où bon nombre de producteurs s’évertuent à ne faire que des vins “bâtards”, ou tout du moins standardisés, sous prétexte que l’œnologie moderne permet toutes les incartades, masquant souvent les défauts du terroir, une initiative qui me plaît est celle des producteurs membres de l’association Charta, créée en 1984 et regroupant de grands et de petits domaines, constamment en contact avec l’excellent Institut de Recherche de Geisenheim.

RHÔNE (VALLÉE DU) Parmi les vignobles de la vallée du Rhône, fort étendus, place est laissée à la légende pour évoquer le célèbre cru de l’Hermitage.

En 1224, un chevalier de retour de croisade contre les Albigeois, serait monté jusqu’au sommet de la montagne de l’Hermitage, faisant le vœu d’y mener une édifiante existence de solitaire. Il s’appelait Henry Gaspard de Sterinberg.

D’autres ermites lui succédèrent, plantant des vignes autour de leur grotte. Ils furent aidés par les moines vignerons de Saint-Bernard et de Saint-Bruno, propriétaires de l’église et du prieuré de Tain. Ces religieux avaient déjà démontré leurs capacités en Bourgogne.

Le coteau de l’Hermitage devint un lieu réputé où l’on se rendait pour goûter ce vin. Le vignoble s’étendit. Le vin ne pouvait être vendu que dans des tonneaux portant la marque du seigneur auquel il appartenait.

Les moines cisterciens de l’abbaye d’Aiguebelle s’intéressèrent aux vins de Gigondas et de Vacqueyras dès 1137, jusqu’à la Révolution pendant laquelle fut détruite l’abbaye. A côté, l’origine du Châteauneuf-du-Pape remonte au pape Clément V. Celui-ci s’était fait construire une habitation de plaisance, située suffisamment loin de la résidence papale d’Avignon pour décourager les importuns d’y venir. Cette habitation fut achevée par Clément VII.

Ce fut le Châteauneuf par opposition à l’ancien château de la cour pontificale. Lorsque les papes rejoignirent définitivement leur résidence italienne, Avignon leur envoya les vins récoltés dans la région. Certains Avignonnais qui avaient suivi les Papes à Rome recevaient également les mêmes vins.

Le Châteauneuf-du-Pape tire son nom des ruines du palais d’été détruit par les huguenots. Les chartreuses ne manquent d’ailleurs pas dans la région avignonnaise : à Bompas se trouve la commanderie des Templiers, devenue ensuite propriété des chevaliers hospitaliers, puis revenue à Jean XXII qui l’offrit aux chartreux en 1318.

Sur la rive droite du Rhône : la Côte Rôtie, vignoble fort ancien, réparti en “Côte Brune” et “Côte Blonde”. Ces dénominations seraient un rappel au souvenir d’un notable d’Ampuis : le sieur Maugiron. Celui-ci aurait partagé ses terres entre ses deux filles : l’une brune, la seconde blonde.

Un peu plus loin, Condrieu ou “Coin du Ruisseau”. Son histoire gardera les traces de son gué et de son port où étaient recrutés les mariniers. Ceux-ci naviguaient entre royaume et empire. Sous Charlemagne, en effet, le Rhône servait de frontière entre la rive droite ou “royaume” et la rive gauche ou “l’empire”. A voir : au musée de Condrieu, les immenses croix décorant la proue des barques des mariniers.

Pour l’anecdote, nous retrouvons au IXe siècle la présence des moines : des bénédictins auraient, en effet, gagné Cornas et Saint-Pérax en échangeant un dîner où le plat principal était un gros poisson du pays.

Bacchus et, par lui, la vigne et le vin, était fortement glorifié sur les rives du Rhône. De nombreuses statues dédiées au dieu du vin ont effectivement été trouvées parmi les vestiges des ruines romaines.

RHODITIS Raisin grec, surtout employé pour le Retsina (Grèce).

RHUM L’origine géographique du rhum provient des Caraïbes. Quand l’équipage mettait pied à terre, c’était de fabuleuses virées dans les tavernes des îles, dont la plus fameuse et la plus mal famée était celle de l’Ile de la Tortue. Des bordées qui ne se concevaient pas sans une forte consommation de tafia, ou de rhum. Les marins avaient adopté cette expression des indigènes (Tafia) pour désigner cette eau-de-vie fameuse tirée du jus de canne, pour le moins enivrante à l’époque. Il est vrai que, plus d’une fois, ceux qui avaient abusé du produit avaient bien du mal à se relever. On les portait pour regagner leurs navires.

C’est d’ailleurs pour cela qu’un capitaine avisé ne laissait jamais plus de la moitié de son équipage descendre à terre : il fallait conserver des hommes valides pour ramener les autres, les arracher aux bras de Morphée ou à ceux des filles des tavernes qui leur avaient fait gaspiller des mois de solde en une nuit.

Ces vertus prodigieuses (sic) du Tafia, un dominicain, le Révérend Père Labat, les avait déjà notées sur son carnet de route en 1692 quand il débarqua aux Antilles. La conséquence ne se fit pas attendre : pour satisfaire l’opinion métropolitaine, le roi édicte, le 24 janvier 1713, une ordonnance prescrivant leur commerce et même leur fabrication au profit des eaux-de-vie de vin !

La grande Révolution française devait balayer toutes ces ordonnances restreignant la liberté du commerce. Deux événements vont alors entraîner un accroissement fabuleux de l’importation de rhum : le phylloxéra et la guerre de 1914-1918. De 1880 à 1890, les vignobles français vont en effet être ravagés et l’importation de rhum va tripler entre 1870 et 1900.

Mais c’est surtout la Grande Guerre qui va favoriser une extension sans précédent des importations. La première utilisation est la consommation des troupes. Mais le rhum ne servait pas qu’à entretenir le moral du combattant : il était aussi le produit de base pour la fabrication de médicaments et pour celle d’un explosif à base de mélanges d’alcool et d’éther, la fameuse poudre B…

RIAS BAIXAS C’est la DO de Galice (Espagne) qui longe l’Atlantique, autour de Pontevedra. Le climat est océanique, relativement humide, avec des températures moyennes. Le cépage qui se plaît le plus ici est l’Albarino, un raisin blanc assez alcoolisé, qui donne des vins caractéristiques, très aromatiques, qui m’ont agréablement surpris.

RIBEAUVILLÉ Superbe commune d’Alsace, dominée par les trois châteaux de Ribeaupierre, où il faut visiter la chapelle du couvent, l’hôtel de ville, la tour des Bouchers et le musée. La foire aux vins se passe les derniers samedi et dimanche de Juillet.

RIBEIRO Petite appellation espagnole qui touche la frontière portugaise. Le climat est relativement humide et les cépages rouges sont les Garnacha, Alicante, Mencia, Ferron, Palomino, et Treixaduras et Torrontes pour les blancs, qui sont meilleurs. Les vins sont bien équilibrés en acidité, assez alcoolisés (de 9 à 13°), à la fois nerveux et souples en bouche.

RIBERA ALTA En Espagne, c’est le plus grand des cinq secteurs de la Navarre où l’on trouve quelques-uns des meilleurs vins de la région, issus principalement des cépages Garnacha, Viura, Tempranillo et Malvoisia.

RICHEBOURG Dans la commune de Vosne-Romanée, le grand Cru Richebourg (8 hectares) produit des crus de grande élégance, dominés par des nuances de sous-bois et de musc, suaves et soyeux, d’une belle finale en bouche, qui peuvent aisément surclasser tous les autres crus de l’appellation, dans certains millésimes.

RICEYS (ROSÉ DES) En Champagne, ce rare vin rosé obtenu par cuvaison bénéficie d’une appellation à part entière, et possède un goût caractéristique, puissant, légèrement vanillé en bouche, tout-à-fait étonnant.

RIESLANER Comme son nom l’indique, un croisement Sylvaner et Riesling (Allemagne).

RIESLING 1/. Appellation alsacienne. C’est le prince des raisins alsaciens. Les vins qui en sont issus sont secs, fruités et nerveux, subtilemement bouquetés et -pour les meilleurs- de très grande classe. Le Riesling croît à merveille près de Turckheim, Dambach-la-Ville, Ribeauvillé, Riquewihr, Kaysersberg, Mittelwihr et Guebwiller. C’est le cépage le plus tardif de la région.

2/. Remarquable cépage qui peut atteindre les sommets en Alsace et en Allemagne (Rhein Riesling). Très sec, très typé, très floral au nez comme en bouche, il s’adapte également parfaitement aux fameuses “vendanges tardives”, quand il est récolté à surmaturité. Exploité aussi en Californie, en Afrique du Sud et en Australie.

RIOJA La meilleure région viticole d’Espagne, où les superbes rouges Reserva et Gran Reserva prennent le temps (des années) de “mûrir” en fûts pour parvenir à s’exprimer au mieux, dévoilant des qualités insoupçonnées.

Le fleuve Oja donna son nom à cette région au sol pierreux, réputée depuis toujours pour ses vignobles et ses vins. La légende veut que dans l’année 500, un “miracle” se produisit : celui de San Milan de la Cogolla qui multiplia le vin pour donner à boire aux pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle… En 1848 déjà, les vins de la région prennent l’appellation de vins de la Rioja, dont l’élaboration était suivie, dès 1888, par la station œnologique de Haro, grâce aux attentions de la reine Dona Maria Christina.

Le climat est rude, montagneux, continental dans la Rioja Alavesa et la Rioja Alta, et plus chaud dans la Rioja Baja. Le vignoble couvre quelque 37 500 hectares situés le long de la vallée de l’Ebre, entre Haro et Alfaro, et dans l’arrière-pays. La production annuelle atteint en moyenne 12 millions de caisses, dont 70% de rouges, 15% de blancs et 15% de rosés.

La région se divise selon l’altitude en trois secteurs bien délimités : Rioja Alta, Rioja Alavesa et Rioja Baja, d’où proviennent pour être assemblés la plupart des vins de la Rioja, l’exception confirmant la règle.

RIQUEWIHR Belle cité moyenâgeuse, avec le château des ducs de Montbéliard-Wurtemberg, les fortifications du XIIIe siècle et les enceintes de la ville (XVIe). Une grande étape viticole alsacienne.

RISERVA Ou Riserva speciale. Vin de DOC italien, élevé relativement longtemps.

RIVERLAND Australie du Sud. Région productrice de vins corrects, blancs comme rouges, qui semblent en progrès réels.

RIVESALTES En France, des Corbières de la Méditerranée aux Albères, en passant par les terrasses des Aspres, le vignoble de Rivesaltes (Hautes Rives en Catalan) s’étend sur l’ensemble de l’aire de production des vins doux naturels du Roussillon à l’exception du Banyuls. Les cépages cultivés sont la Malvoisie, les Grenache blanc, gris et noir, le Maccabéo. Ce sont peut-être les plus diversifiés des vins doux naturels, qui se bonifient avec l’âge.

RKATSITELI Cépage blanc de Russie. On en trouve aussi en Bulgarie.

R. M. Signifie Récoltant Manipulant sur l’étiquette d’une bouteille de Champagne, et indique que le vin est vinifié et vendu par un propriétaire.

ROBE (OU COULEUR) Elle provient de la matière colorante du raisin, dissoute durant la fermentation alcoolique.

ROBOLA Bon cépage grec, riche en arômes.

ROCHECORBON Commune de Touraine productrice d’excellents vins de Vouvray.

ROCKY KNOB Appellation de Virginie (États-Unis), dont le climat est surtout bien adapté pour les vins blancs secs.

ROMANÈCHE-THORINS Située entre Chénas et Fleurie, la localité est le royame du Moulin-à-Vent, l’un des dix meilleurs crus du Beaujolais.

ROMORANTIN Cépage blanc modeste du centre de la Loire.

RONCO Ou Vignato. Employé en Italie pour signifier que le vin provient d’un seul domaine.

ROND Lorsque le vin est souple et gras en bouche.

RONDINELLA Cépage italien (Valpolicella).

ROSADO Rosé, en espagnol.

ROSARIO Ville d’Argentine située au cœur des vignobles d’Entre Rios, au nord-ouest de Buenos Aires.

ROSATO Rosé, en italien.

ROSÉ Le vin rosé peut être issu de plusieurs vinifications. De la meilleure, qui est celle de la saignée (voir ce mot), à la pire , qui consiste à mélanger du vin blanc et du vin rouge.

ROSÉ D’ANJOU Voir Anjou.

ROSÉ DES RICEYS Bon (mais cher) vin “gris”.

ROSEEWEIN Vin rosé pâle allemand, fabriqué à partir de raisins rouges.

ROSSO Rouge, en italien.

ROSSO PICENO Région des Marches, en Italie. Franchement, les cépages Sangiovese et Montepulciano donnent ici des vins exceptionnels, onctueux, gras et suaves, le type même de ce que doit être un vrai vin italien, tout en douceur et en nuances aromatiques, de bonne évolution.

ROTHENBERG Excellent cru du Rheingau, en Allemagne, où sont produits de très beaux vins de Riesling, gras et secs à la fois.

RÔTI Le terme s’applique surtout aux vins doux et onctueux, qu’ils le soient naturellement comme les Sauternes ou avec une adjonction d’eau-de-vie comme les VDN.

ROTLING Vin rouge allemand issu d’un assemblage de raisins rouges et blancs.

ROTWEIN Vin rouge allemand, souvent doux, auquel on peut notamment ajouter du jus de réserve.

ROUFFACH Au sud de Colmar, en Alsace. La commune est la ville natale du maréchal Lefebvre et une importante zone viticole.

ROUMANIE Si les vins de Moldavie ont depuis longtemps séduit bon nombre d’amateurs, les autres vins de Roumanie sont pratiquement totalement inconnus. Les meilleurs vins sont ceux de Murfalter avec un excellent Muscat, de Cotnari, la fameuse “perle de Moldavie”, un très bon vin de dessert, onctueux en bouche, le Furmint ou Pinot gris des Carpates (Transylvanie), les vins de Riesling, Chardonnay et Traminer.

ROUSSANNE Excellent cépage qui donne les rares vins blancs d’Hermitage et de Châteauneuf-du-Pape.

ROUSSETTE-DE-SAVOIE Obtenue généralement avec les cépages Altesse (le plus fin), Chardonnay et Mondeuse blanche, la Roussette-de-Savoie bénéficie pourtant de quatre crus (Frangy, Marestel, Monterminod, Montheux) qui ne doivent être produits qu’à partir de l’Altesse. Parée d’une jolie teinte jaune clair qui se dore en vieillissant, la Roussette peut exhaler un grand arôme de fleurs et de fruits, et devenir délicate et subtile.

RÖWERLAY Excellent Grosslage allemand qui couvre surtout les vignobles de la Ruwer et de Trèves. On y produit de jolis blancs bien secs, bien équilibrés en acidité, secs et moelleux, tout en charme, très bien faits comme ceux des vignobles de Kasel, où le Riesling se plaît parfaitement, de Eitelsbach et de Mertesdorf.

RUBIS Belle couleur rouge vif, avec des nuances de cerise.

RUBY Le terme désigne un Porto jeune.

RUBY CABERNET Cépage noir américain, issu d’un croisement du Cabernet-Sauvignon et du Carignan.

RUDE Quand le côté astringent du vin prime sur l’alcool et l’acidité.

RÜDESHEIM Allemagne. Commune justement réputée du Rheingau où l’on goûte souvent quelques-uns des plus beaux Auslese du pays, provenant du Berg.

RUEDA Une bonne DO espagnole spécialisée en vins blancs (cépage Verdejo très majoritaire, puis Viura et Palomino).

RUFINA Italie. Cette sous-région du Chianti produit des rouges étonnants de puissance et de souplesse à la fois.

RULÄNDER C’est le cépage Pinot gris, cultivé principalement en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

RULLY Des rouges de Bourgogne colorés, riches, très parfumés, concentrés dans leur jeunesse, un peu “rudes” mais qui demandent à se fondre. Bons blancs typés, secs et nerveux, ronds en bouche.

RUPPERTSBERG Allemagne. On fait dans ce vignoble de remarquables vins de Riesling, dans la région de Rhénanie-Palatinat, où le terroir s’exprime à souhait.

RUSSIAN RIVER VALLEY Appellation de Californie, appartenant au comté de Sonoma.

RUSSIE On fait du vin depuis longtemps en Russie, dans les trois couleurs, rouges, rosés et blancs, mais aussi des vins de dessert et des mousseux. Les vignobles se situent principalement autour de Volgograd, au sud près des villes de Stavropol (pour les blancs de Riesling) et Krasnodar, sur la mer Noire, où l’on trouve surtout des vins rouges puissants et tanniques, et au nord vers Rostov.

RUTHERGLEN Australie. De bons blancs vins provenant des cépages Sémillon et Gewurztraminer.

mercredi 6 février 2008

Les mots du vin : O

OBERMOSEL Allemagne. Bereich de la Moselle Supérieure, à la limite de la frontière du Luxembourg, où l’on produit principalement des vins blancs destinées à l’élobration des mousseux.

OBSCURATION C’est le terme poli employé pour colorer les eaux-de-vie naturellement blanches (Cognac, Rhum, Whisky…) par l’adjonction de caramel.

ŒCHSLE (FERDINAND) En Allemagne, la gravité du moût est mesurée selon sa méthode. Un degré Œchslé équivaut à une quantité d’environ 2 à 2,5 grammes de sucre par litre.

ŒIL DE PERDIX C’est le terme désignant la couleur de certains vins “gris”.

ŒNOLOGIE La science du vin.

ŒNOLOGUE Technicien de la vigne et du vin.

ŒNOPHILE Amateur passionné de la “dive bouteille”. Vous en êtes…

ŒNOTRIA Pays du vin, nom employé par les Grecs de l’Antiquité pour désigner l’Italie.

OESTRICH Importante commune viticole du Rheingau (Allemagne) dans les Grosslagen Gottesthal et Mehrhözchen, où le Riesling semble se plaire parfaitement.

ŒUF (BLANC D’) C’est le meilleur des produits pour clarifier le vin (voir Collage).

OÏDIUM Parasite cryptogamique de la vigne, formant aussi un feutrage blanchâtre. Il déforme les feuilles et attaque les pousses.

OISLY En Touraine, non loin de Montrichard, une petite commune viticole qui produit de bons vins blancs issus du Sauvignon.

OKANAGAN (VALLEY) Région viticole du Canada produisant principalement des vins blancs.

OLFACTIF L’emploi de ce mot désigne l’examen fait par le nez des qualités organoleptiques d’un vin.

OLIENA Vin rouge sec de Sardaigne, issu des cépages locaux Monica et Cannonau.

OLIGO-ÉLÉMENTS Nom donné à des éléments (métaux, métalloïdes, vitamines)qui existent à l’état de traces dans les organismes vivants et dont la présence est indispensable à la vie des cellules animales ou végétales.

OLORIZ L’une des 24 communes de la région de Valdizarbe, dans la Navarre espagnole, où l’on fait des vins rouges plaisants, qui associent rondeur et équilibre en bouche. Quelques rosés intéressants, manquant parfois de nerf.

OLOROSO Type de Xérès.

OLTREPO PAVESE Appellation de Lombardie, en Italie, qui produit toute la gamme de vins, du mousseux au rosé, en passant par le rouge et les blancs secs ou demi-secs, est produite dans cette DOC, située précisément dans un périmètre qui va de la commune de Broni au nord à celle de Ruino, au sud.

OMBRIE Italie. Le passé viticole de l’Ombrie remonte aux Étrusques, et cette région bénéficie d’un climat particulièrement favorable à la culture de la vigne, et à la grande variété des cépages qui y sont cultivés aujourd’hui.

ONCTUEUX Comme le moelleux, l’onctuosité est liée au sucre et au glycérol d’une récolte très mûre. Les vins blancs les plus riches du Bordelais, par exemple, frappent par leur onctuosité. Par assimilation on dira d’un vin rouge très mûr, riche et velouté, qu’il est onctueux.

ONTARIO S’étendant de la frontière américaine jusqu’à la baie d’Hudson, sur plus de un million de kilomètres carrés, l’Ontario est une contrée de lacs et de forêts, qui tire son nom d’un vieux mot iroquois signifiant “les eaux brillantes”. On distingue deux niveaux de qualité supérieure :

- La désignation provinciale Les vins produits dans la province à partir d’une liste autorisée de cépages Vitis vinifera ou d’hybrides vinifera. Selon les statuts de la VQA, les vins qui se conforment à la réglementation sur la désignation provinciale peuvent porter l’inscription “Ontario” sur leurs étiquettes, et doivent satisfaire aux normes minimales suivantes :

- La désignation géographique Une appellation plus restrictive basée sur des régions viticoles délimitées (RDV). La VQA reconnaît en Ontario trois régions viticoles délimitées qui ont traditionnellement produit les vins les plus distinctifs : la péninsule du Niagara, L’île Pelée, et la rive nord du lac Erié, situées entre les 41° et 44° degrés de latitude nord.

OPTIMA Cépage blanc issu d’un croisement des Sylvaner, Riesling et Müller-Thurgau (Allemagne).

ORDINAIRE Vin grossier.

OREGON Etat et région vinicole des Etats-Unis, l’une des rares qui convienne parfaitement à la Vitis vinifera et surtout au cépage Pinot Noir qui a obtenu de meilleurs résultats qu’en Californie.

OR (TIRANT VERS LE JAUNE) Couleur typique des vins blancs doux et liquoreux.

OR (TIRANT VERS LE VERT) Couleur typique des vins blancs secs jeunes.

ORGANOLEPTIQUE Examen des caractéristiques qualitative et des tares d’un vin relevées par chacun des sens (la vue, l’odorat et le goût), et de leur synthèse.

ORGEAT Le sirop d’orgeat est préparé à partir d’amandes broyées dans de l’eau, de fleur d’oranger et de sucre.

ORJAHOVIZA Zone viticole du sud de la Bulgarie produisant du cabernet-sauvignon et du merlot.

ORIGINALABFÜLLUNG En Autriche, signifie mise en bouteilles.

ORMEASCO Cépage secondaire italien, de moins en moins exploité.

ORTEGA Cépage blanc allemand issu d’un croisement du Müller-Thurgau et du Siegerrebe, donnant des vins utilisés pour les coupages.

ORVIETO L’Orvieto est la référence de l’Ombrie, en Italie. De très bons vins blancs de renommée ancienne, déroutants au départ, secco ou abbocatto (demi-doux), très aromatiques, avec des nuances caractéristiques de miel frais, dont certains, issus de raisins botrytisés dans les grands millésimes, atteignent les sommets. Il faut les déguster sur des œufs.

OSTERREICH Cette mention sur l’étiquette précise que le vin est d’origine autrichienne.

OUILLAGE L’opération consiste à remplir régulièrement un fût de façon à supprimer la poche d’air en contact avec le vin ou l’eau-de-vie, et supprimer le risque d’oxydation.

OUJDA-TAZA Aire viticole du nord-est du Maroc, connue pour son rosé et son muscat de Berkane.

OUVRÉE Vieille mesure bourguignonne de superficie, correspondant à1/25 d’ha.

OUZO Bonne liqueur grecque à base d’anis, que l’on déguste au pays, avec de l’eau, comme une anisette.

OVERBERG Aire viticole d’Afrique du Sud, à l’est du Cap.

OXFORD Célèbre pour son université, la ville anglaise est aussi entourée de petits vignobles de vins blancs (Grande-Bretagne).

OXYDASE Ferment soluble ou diastase qui active l’oxygène et le fixe à l’hydrogène ou à d’autres corps récepteurs, dits oxydables.

OXYDATION Ne pas confondre avec madérisation. L’oxydation est une altération, un défaut d’un vin, dû à son contact avec l’oxygène de l’air, qui s’attaque alors aux constituants du vin comme les tanins ou les matières colorantes. Le fer joue également un rôle important dans les phénomènes d’oxydation. L’addition de soufre (surtout pour les blancs) permet de lutter quelque temps contre le phénomène.

OXYDÉ Se dit d’un vin qui a souffert d’une sévère oxydation. A jeter.

OZARK HIGHLANDS Appellation (AVA) américaine de l’État du Montana.

jeudi 3 janvier 2008

Les mots du vin : K

KABINETT Catégorie de vins allemands que l’on goûte d’excellents vins semi-secs, demi-doux, tout dépend des termes employés, en tout cas très agréables, dont certains demandent trois à cinq ans de patience pour pouvoir profiter de leur qualité réelle.

KADARKA Bon cépage rouge de Hongrie, qui donne des vins intenses et solides.

KÄFFERKOPF Très bon cru de la commune d’Ammerschwihr, en Alsace.

KAISERSTUHL-TUNIBERG En Allemagne, ce Bereich se trouve à l’ouest de la ville de Fribourg, pratiquement à la frontière française. Le secteur le plus intéressant est celui de Kaiserstuhl (trône impérial), où les vignes poussent bien sur ces coteaux d’origine volcanique que l’on a entièrement remodelés.

KAMPTAL-DONAULAND Bonne région vinicole autrichienne, où le Riesling donne un vin typé, à la fois sec et rond, parfois remarquable comme ceux provenant du village de Strass. KAYSERSBERG Au nord-ouest de Colmar, adorable commune viticole alsacienne, typique et charmeuse, où les maisons sont plus belles les unes que les autres.

KEFIR Boisson alcoolisée issue d’une fermentation (ou d’une distillation) du lait.

KEKFRANCOS Bon cépage de l’Europe centrale, notamment hongrois, qui produit des vins rouges ronds et corsés à la fois.

KÉKNYELÛ Vin blanc puissant et épicé de Badacsony (lac Balaton), en Hongrie.

KELIBIA Petite localité de la côte est tunisienne, au centre du secteur viticole de Kelibia-Cap Bon, réputée à juste titre pour ses vins de Muscat.

KELLER Cave, en allemand.

KERNER Cépage blanc issu d’un croisement Trollinger et Riesling cultivé surtout en Afrique du Sud, qui donne des vins caractéristiques par leur rondeur en bouche, manquant un peu d’acidité.

KIEFER (FRIEDRICH) De bons vins chez ce producteur allemand dont le Grauburgunder Spätlese Trocken 90 est un Rotwein réussi et parfumé.

KIMMERIDGIEN (SOL) Sols de marne calcaire, que l’on trouve en Allemagne, et également à Chablis ou à Sancerre.

KIR Apéritif qui doit se faire avec du Bourgogne Aligoté et de la crème de Cassis. Il doit son nom au fameux chanoine Kir.

KIRCHBERG Petit Grosslage allemand, en Franconie, où l’on déguste surtout d’excellents blancs de Riesling.

KIRCHENWEINBERG Grosslage de la région du Wurtemberg (Allemagne), où l’on produit de bons vins rouges, légers et fruités.

KIRSCH Bonne eau-de-vie blanche obtenue par la distillation de cerises entières avec leurs noyaux. On en élabore surtout en Allemagne et en Suisse.

KISLV Spiritueux russe fait avec des pastèques.

KLEVNER Nom suisse du cépage Pinot blanc.

KMW Autriche. Signifie Klosterneuburger Mostwaage, et désigne le degré de sucre dans le jus du vin.

KNAPPSTEIN (TIM) Maison australienne retenue dans cette encyclopédie pour son très bon Rhine Riesling, et un Fumé blanc régulièrement réussi.

KNIPPERLÉ Cépage blanc modeste cultivé surtout en Allemagne.

KORN Eau-de-vie allemande, provenant principalement de la distillation du seigle.

KRAJINA Vin yougoslave, surtout rouge, mais aussi parfois blanc, produit près de la frontière de Roumanie et de Bulgarie. Krajina signifie frontière.

KREMS Ville et district dans le Niederösterreich autrichien produisant des vins blancs.

KREUZNACH Situé dans la région de la Nahe, en Allemagne, ce Bereich, regroupe ses hectares de vignes autour de la jolie commune de Bad Kreuznach et jusqu’à Bingen, plantées surtout de Riesling, de Sylvaner et de Müller-Thurgau.

KRIEK La meilleure Gueuse, une étonnante et succulente bière rose qui a un parfum très particulier.

KRIEKEN-LAMBIC Rare et bonne bière belge aux cerises. Pour la faire, on ajoute au lambic de base des cerises à raison de 50 kg environ pour 250 litres de bière. Les cerises entières macèrent dans le lambic pendant plusieurs mois et l’imprègnent de leur goût. La bière fermente ensuite pendant plus d’un an après que les noyaux de cerises ont été laissés en dépôt. On peut conserver en cave les bières aux cerises jusqu’à cinq ans. Elles perdent alors en goût de cerise ce qu’elles gagnent en taux d’alcool. La meilleure est la Liefmans, une Kriek délicieuse de 7°, dont la saveur est extrêmement fruitée, qu’il est possible d’apprécier immédiatement, sans éducation particulière, et qui convient parfaitement comme apéritif. A goûter au moins une fois. Inimitable. La Kriek Bruegel n’est pas moins délicieuse, quoique d’une saveur un peu plus acide mais tout aussi fruitée.

KRISTANCIC (DUSAN) Slovénie. Des vins proches de ceux de Collio (Italie), comme le Pinot gris, qui associe finesse et persistance aromatique. 

KRUPNIK Vodka polonaise assez courante.

KUMMEL Liqueur anisée sucrée hollandaise.

KUMEU Vignoble de l’île du Nord de Nouvelle-Zélande. Les vins sont corrects, sans plus.

KUMEU RIVER Non loin d'Auckland, en Nouvelle-Zélande,  cette maison propose un bon Chardonnay, un peu trop boisé peut-être, mais de bouche ronde et intense. Le blanc de Sauvignon est plus modeste.

KUMISS Breuvage caucasien fait avec du lait fermenté de jument, de vache ou de chamelle.

lundi 31 décembre 2007

VinoVox, le 1er magazine WebVin

Le voilà, le résultat de notre force sur Internet. Le 1er vrai magazine du Vin sur le Web, alimenté par des centaines d'articles, de liens, de flux, de reportages, de présence sur le terrain... C'est -une nouvelle fois- du jamais vu, gratuit et unique ! Le mieux, c'est que vous alliez voir : Vinovox

jeudi 8 novembre 2007

Languedoc : comment ne pas se faire avoir

Le Classement 2008 vient récompenser ceux qui le méritent.

Et, franchement, quand je déguste certaines cuvées de la région, je me demande qui les achète. Très (trop) concentrés, on trouve en effet des rouges proposés en plus à des prix déments, incautionnables. Cela devrait pourtant s’assainir. À suivre.

On va se contenter des producteurs qui élèvent des vins racés et typés, dans l’ensemble du territoire, des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-Languedoc, Fitou ou vins de pays, à des prix remarquables. Des grands vins ici, il y en a, mais les terroirs sont connus et ne s’étendent pas. La force de ces vins est d’avoir su conserver leur spécificité qui se dévoile au travers des cépages de la région, chacun s’exprimant au mieux selon les sols d’alluvions, d’ardoise, de schiste ou de calcaire, en bénéficiant d’un beau rapport qualité-prix.

Trois cas de figure définissent la région :

- Il y a les vignerons qui, et depuis longtemps, ont toujours su maîtriser les rendements, vinifier et élever leurs vins, en respectant leur spécificité, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue. Daumas-Gassac en est le fer de lance, suivi par des Corbières (la famille Gualco, Grand-Caumont, Vieux-Moulin…), puis des Minervois (Blomac, Villerambert-Moureau…), et aussi d’autres appellations (Antech…). C’est le noyau dur des grands vins du Languedoc, même si certains ont tendance à l’oublier. La plupart sont à la tête de leurs appellations respectives, et le fait de s’y maintenir mérite un coup de chapeau.

- Il y a ensuite les propriétaires, dans toutes les appellations, qui ont évolué plus récemment vers une recherche qualitative semblable, notamment ces dernières années. Ils ont cru en leur région et je les ai soutenus dès le début. On retrouve ici les grandes valeurs sûres comme Fabas, Vaugelas, Oustric, Barrubio… et quelques caves. On les retrouve tout naturellement dans le haut du Classement.

- Il y a enfin ceux qui ne sont pas installés depuis longtemps dans la région ou des propriétés qui ont été reprises par des vignerons d’autres régions ou les enfants. On les défend avec plaisir car ils s’attachent également à produire des vins typés et de qualité, à des prix très abordables (6 à 12 e). Attention à ceux qui pourraient se laisser piéger à développer des vins de vinification plutôt que de terroir.

Et puis, il y a donc quelques producteurs, marchands et grands groupes qui nous (et vous) font croire que leurs vins ressemblent à quelque chose. Ces vins de mascarade (en Coteaux-du-Languedoc et en vins de cépages notamment), où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café” (cela donne envie, non ?), la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers” qui attirent les investisseurs comme des mouches, et sont, hélas, soutenus par des “critiques”, notamment américains (ce sont les mêmes qui soutiennent les “vins de garage” bordelais). Ce problème s’étend aux vins de cépages, où je ne vois toujours pas l’intérêt de planter des cépages qui se plaisent mieux dans des régions beaucoup plus froides (les bonnes exceptions existent), ni à se lancer dans des vinifications sophistiquées pour pouvoir remplir un dossier de presse… et mentionner des prix inexcusables sous prétexte que l’on peut mettre sur une étiquette les noms de Chardonnay ou de Merlot, ou que l’on croit qu’il suffit d’acheter des barriques neuves et se payer les services d’un œnologue “tendance” pour faire un grand vin.

jeudi 18 octobre 2007

20 sur 20 ? mon blog perso qui note mes coups de cœur...

Je me fais plaisir, et j'y aborde pratiquement tous les sujets : la Boxe (regardez attentivement le jeu de jambes d'Ali, et Bretonnel), Sarkozy (je soutiens plus que jamais), Dido (et des vidéos superbes de Clapton, des Stones, de Dylan, Lou Reed, Brian Ferry, Amstrong, ou Callas), Rugby (de Bernard "Madrange" aux Blacks), ce qui nous met mal à l'aise (dont la précarité et cette pauvreté stagnante dans notre pays riche), Villepin (et sa rancœur), une rubrique houlala (de Catherine Breillat à Paris Hilton, du Japon à Jean-Claude Van Damme), le FMI (Strauss-Kahn, pas mal payé), Goldman (Là-bas), de quoi rire ou pleurer, mais aussi le génie des hommes avec les montres à complications (et un Planétarium époustouflant), les voitures à Paris, les vins Californiens, le scandale d'EADS (info ou intox ?), la Poste, mais encore Kouchner (j'aime bien), Lawrence d'Arabie, Rothko (et Soulages, et Warhol, et Tal-Coat, et Krémègne...), Ségolène Royal, BHL, Clearstream, la TVA des restaurateurs, les ministres, l'iPhone, Vuitton, les Echecs, quelques tacles à Fabius (mais aussi à Royal, Copé, Santini, Juppé, Bayrou ou Jospin), Ibiza, de quoi avoir honte, des conseils pour bien acheter (et éviter des vins à prix incautionnables), un peu de technique (du vin soda aux cavernes de Mars), de beaux vins..., des coups de chapeau (Google, Dominique Ferrandez, Cervantes, Imagine et My Sweet Lord en live...), les vins de Toscane, pas mal de coups de gueule ou tout comme (Toupie, Bollinger, les vins de cépages, Parker, Citadelles du Vin...), mes infos préférées (Europe 1, Guillaume Durand), les livres (Alamut, Vargas Llosa, Tourbillon...), bien sûr, puis la crise américaine, ce qui nous fait sourire (dont des articles sur le vin parus dans Le Figaro et Le Monde), les stocks-options (il est bien, Seguin), Brad Pitt, les copeaux de bois, le Champagne, l'astronomie, les grèves, voir et revoir Keyser Soze... le tout noté de 1 à 20, avec humour (quelques vidéos top de Nicolas Canteloup, Gad Elmaled, Florence Foresti), ironie ou conviction. De quoi se divertir mais surtout s'informer sur 20 sur 20 ?

mercredi 17 octobre 2007

Faut-il chambrer un vin ?

Désigne la température habituellement idéale pour déguster un vin rouge charpenté et généreux. Attention aux abus : ne chambrez pas un vin à plus de 17°, en le laissant par exemple à la température ambiante d’une pièce, qui pourrait, elle, bien faire 22°. N’oubliez pas que, dans le temps, ce terme signifiait que l’on mettait effectivement le vin dans la pièce la plus chaude de la maison, mais que les températures, faute de chauffage central, ne dépassaient pas les 18°. En règle générale, un grand rouge se déguste entre 15 et 16°, à l’ouverture de sa bouteille, d’autant plus qu’il prendra très rapidement 1 ou 2° au contact du verre. Tous les vins que l’on déguste directement à la propriété respectent cette température. Ne vous laissez pas intimider par des restaurateurs qui vous apporteraient un vin chambré à 24°, et faites-le rafraîchir quelques instants dans un seau d’eau.

Voir tout le Vocabulaire du vin

samedi 13 octobre 2007

Les vins de Grèce

LE PÉLOPONNÈSE

Relié à l’Attique par l’isthme de Corinthe que coupe depuis la fin du XIXe le canal du même nom, le Péloponnèse occupe une place prédondérante dans l’économie vinicole grecque avec ses 60 000 hectares de vignes, les cépages à vins cotoyant les cépages à raisins secs, que vous connaissez tous : Soultanina (Sultanie) au nord et surtout Corinthiaki (Corinthe ) au nord-ouest et au sud-ouest. Péninsule montagneuse dont le point le plus haut (massif de Taygete) culmine à 2407 mètres, le Péloponnèse présente des bassins intérieurs d’effondrement (Arcadie) et des plaines littorales (Corinthie, Achaie, Argolide…). Les sols sont très accidentés et les reliefs très accusés, depuis le niveau de la mer jusqu’aux montagnes qui le traversent du nord-ouest au sud-est, en les séparant en deux zones climatiques distinctes : la partie ouest étant pluvieuse et la partie est beaucoup plus sèche.

En dehors des vins destinés à la distillerie, les appellations d’origine se répartissent en d’excellents vins de liqueur (Mavrodaphne de Patras, Muscat de Patras et Muscat Rion de Patras), et en vins blancs et rouges (Néméa, Mantinia et Patras).

Néméa Réputée pour avoir été le théâtre du premier travail d’Hercule, qui étouffa le féroce Lion de Nemée et endossa sa dépouille, Nemée, au sud de Corinthe, l’est également pour ses vins rouges secs et corsés, d’une couleur rouge profonde, épicés et puissants, que je préfère un peu rafraîchis.

Ce “sang d’Hercule” mérite bien son nom, très marqué par son cépage Agiorgitiko (le cépage de Saint-Georges), planté sur un vignoble qui s’étend de 250 à 800 mètres d’altitude dans une vallée et sur des coteaux paisibles limités à l’ouest par le mont Kilini.

Mantinia A une altitude comprise entre 600 et 800 mètres, le vignoble de Mantinia entoure les ruines de l’ancienne Mantinée. Issu du cépage Moschofilero, le Mantinia est un vin blanc sec, fruité, assez bien équilibré, mais assez neutre en bouche, et constitue surtout un vin de base pour vins mousseux.

Patras Si l’appellation Patras correspond à des vins blancs légers et frais (maison Tsantalis), produits sur les vignobles de coteaux, et obtenus à partir d’un cépage très légèrement rosé nommé Rhoditis, c’est surtout vers les vins de liqueur que je vous incite à jeter votre dévolu.

Le meilleur à mon sens est incontestablement le Mavrodaphne de Patras, issu du Mavrodaphne, vieux cépage rouge qui lui confère un bouquet très original. Le vin est liquoreux, très doux, velouté et corsé à la dois, très parfumé, qui demande à vieillir en barriques pour atteindre sa plénitude.

A ses côtés, élaborés à partir du Muscat blanc, le Muscat de Patras et le Muscat Rion de Patras présentent une belle couleur topaze, à l’arôme très caractéristisque de leur cépage commun.

Lire la suite et voir les autres régions

dimanche 23 septembre 2007

Acheter Millésimes en direct

http://www.guidedesvins.com/acheter.php

http://www.millesimes.fr/images/couv.jpg

Désolé pour les "concurrents"...

Vous savez que je suis peu soucieux des critiques, mais, à des moments, il faut remettre les choses et certains à leur place. On est donc vraiment désolé pour les "concurrents", qui n'arrêtent pas de gloser et ne se gênent pas -eux- pour nous critiquer, même si, on le sait, on ne peut être jaloux que des réussites ou des "institutions".

Bref, sur le 1er et unique réseau mondial d'informations, Internet, il n'y en a que pour Patrick Dussert-Gerber et nos sites qui ramènent au Guide Dussert-Gerber des Vins de France (Albin Michel).

AUCUN AUTRE GUIDE REEL "PAPIER" est avant nous ! En plus, tous nos sites renvoient à MILLESIMES ou aux CLASSEMENTS, directement consultables sur le Net.

Quand un internaute veut acheter ou consulter un guide sur les vins, il tape instinctivement "guide des vins" ou "guide du vin". Pas de Hachette ni de Parker, ni de Bettane, ni de machin ou de truc. On a fait le test, et cela devrait calmer certains :

1/. Google (le 1er, de très loin, plus de 89% du marché, voir : http://barometre.secrets2moteurs.com) - Quand on tape "guide des vins", sur Google, c'est pire pour nos amis, on est en pole position sur 2,7 millions de liens - Avec "guide du vin", on est en 8e position sur plus de 4,2 millions de résultats

2/. Yahoo - Avec "guide des vins", on est en 2e, 3e et 7e positions, sur plus de 4,3 millions de liens - Quand on tape "guide du vin", nous sommes présents 4 fois sur la 1ère page devant plus de 7,1 millions de sites : 2e, 4e, 8e et 10e

3/. Live Search/msn (Microsoft) - Avec "guide des vins", on est en 1ère position sur près de 388.000 résultats - Quand on tape "guide du vin", on est en 2e, 7e et 8e positions sur plus de 540 000 résultats

4/.Vo ila (Orange) - Avec "guide des vins", on est en 1ère, 4e et 7e positions sur près de 1,3 millions de résultats - Quand on tape "guide du vin", on est en 7e et 8e positions sur plus de 1 million de liens

5/. Altavista - Avec "guide des vins", on est en 1ère, 4e et 6e positions sur plus de 4.3 millions de liens - Quand on tape "guide du vin", on est en 2, 3e, et 3e positions sur plus de 7,3 millions de résultats

Evidemment, je ne me suis contenté que des résultats de la 1ère page des moteurs de recherche, mais qui va consulter la 3e ou la 1500e ?

- page 1 de 3